L’armée américaine teste un vaccin universel qui pourrait cibler tous les variants du coronavirus

Article publié sur businessinsider.fr

© U.S. Army photo by Mike Walters/ RELEASED

L’armée américaine achève les premiers essais cliniques d’un vaccin qui, espère-t-elle, ciblera tous les variants existants du coronavirus. Baptisé SpFN (Spike Ferritin Nanoparticle), ce vaccin s’est révélé prometteur lors d’essais sur des primates et les premiers résultats des essais sur l’homme sont attendus “ce mois-ci”, selon un communiqué de presse de l’Institut de recherche de l’armée américaine Walter Reed publié jeudi.

Le vaccin pourrait également aider à se protéger contre d’autres coronavirus que le Covid-19, ce qui pourrait donner de l’espoir face à de futures pandémies. Le vaccin est conçu sur une nouvelle plateforme appelée “nanoparticule protéique auto-assemblée”. Contrairement à la plupart des vaccins actuellement disponibles, qui utilisent l’ARNm pour déclencher le système immunitaire, ce vaccin fonctionnerait en injectant une molécule qui ressemble un peu à un ballon de football à 24 faces, selon Defense One.

Chaque face du “ballon” porterait un peu de la protéine spike qui peut déclencher une réponse immunitaire protectrice de l’organisme. Les scientifiques peuvent ainsi fixer les pics de plusieurs souches de coronavirus sur différentes faces du “ballon”, de sorte que l’organisme pourrait se protéger contre plusieurs variants à la fois, au lieu de devoir prendre une dose distincte pour chaque variant.

Les résultats précliniques sont prometteurs selon l’armée

Les premiers résultats obtenus chez les primates suggèrent que le vaccin pourrait fonctionner contre les variants du Covid-19 et contre d’autres coronavirus, a indiqué l’armée.

Selon une étude publiée jeudi dans la revue à comité de lecture Science Translational Medicine, le SpFN a protégé des primates contre la maladie causée par le variant originale du coronavirus Covid-19. Deux doses administrées à 28 jours d’intervalle ont également déclenché de fortes réponses immunitaires contre les variants Alpha, Beta, Gamma et Delta.

Les résultats des tout premiers essais cliniques du SpFN chez l’homme, appelés phase 1, devraient être publiés “ce mois-ci”, indique l’armée dans le communiqué de presse.

Développer un vaccin contre la prochaine pandémie

Chez les primates, le SpFN a également été capable de déclencher une forte réponse immunitaire contre le SARS-CoV-1, un parent du coronavirus Covid-19 responsable de l’épidémie de SRAS qui a tué 774 personnes en 2002 et 2003.

L’espoir est que cette injection pourrait constituer un vaccin “pan-coronavirus” efficace, qui pourrait cibler toutes sortes de coronavirus.

L’armée n’est pas le seul institut à concevoir des vaccins contre le pan-coronavirus, comme le rapportait précédemment Insider. Un tel vaccin pourrait également être utile pour prévenir les futures pandémies, qui devraient être provoquées par d’autres types de coronavirus.

“L’émergence accélérée des coronavirus humains au cours des deux dernières décennies et l’apparition de variantes du SRAS-CoV-2, dont la plus récente est Omicron, soulignent la nécessité de disposer de vaccins préventifs de nouvelle génération conférant une large protection contre les maladies à coronavirus”, a déclaré dans le communiqué le Dr Kayvon Modjarrad, directeur de la branche des maladies infectieuses émergentes au WRAIR, co-inventeur du vaccin et responsable du SpFN pour l’armée américaine.

Version originale : Marianne Guenot/Insider

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s