Covid-19: bientôt des vaccins sous la forme de patchs?

Article publié sur topsante.com

Une entreprise australienne vient de mettre au point un vaccin contre le Covid-19 administré sous la forme d’un patch. Efficace, celui-ci serait également pratique. On vous explique tout.

Les vaccins contre le Covid-19 sont, à ce jour, administrés par voie intramusculaire, c’est-à-dire à l’aide d’une injection – ce qui signifie qu’une aiguille est utilisée. Problème : pour les personnes qui souffrent de bélénophobie (il s’agit d’une peur panique et irrationnelle des aiguilles), se faire vacciner contre l’infection par le coronavirus SARS-CoV-2 est une véritable torture…

C’est en partie pour les bélénophobes que des vaccins contre le Covid-19 sans piqûre sont actuellement développés : ainsi, au mois de juillet 2021, des chercheurs de la University of Alabama at Birmingham (aux États-Unis) affirmaient que les vaccins administrés par voie nasale (à l’aide de pulvérisations dans le nez, donc) pourraient être aussi efficaces que les autres.

Cette fois, c’est un vaccin contre le Covid-19 qui se présente sous la forme d’un patch qui fait parler de lui. Dans une étude publiée ce vendredi 29 octobre 2021 dans la revue spécialisée Science Advances, des chercheurs de l’université de Queensland (en Australie) ont évalué l’efficacité d’un vaccin-patch mis au point par une entreprise australienne, Vaxxas.

Vaccin-patch : une dose plus faible de vaccin pour une efficacité équivalente à une injection

Le patch est un carré qui mesure 1 cm sur 1 cm : il est hérissé de 5000 picots minuscules qui sont invisibles à l’œil nu. Bonne nouvelle pour les phobiques des aiguilles : son application n’est pas plus douloureuse qu’une pichenette dans le bras. Il contient une substance qui imite l’action de la protéine Spike du coronavirus SARS-CoV-2 pour déclencher une réaction immunitaire.

Les chercheurs australiens ont travaillé avec des souris : le premier groupe s’est vu appliquer un vaccin-patch sur la peau pendant 2 minutes tandis que le second groupe s’est fait vacciner de façon “traditionnelle”, avec une aiguille.

Verdict : les chercheurs australiens ont constaté que, chez les souris du premier groupe, “une réponse d’anticorps très forte, y compris dans les poumons” se mettait en place. Les résultats obtenus ont, selon les scientifiques, largement “surpassé” la vaccination par aiguille.

Comment expliquer ces bons résultats ? Primo, d’après les chercheurs, la peau contiendrait davantage de cellules immunitaires que les muscles, ce qui rendrait la vaccination par voie cutanée (le patch) plus efficace que la vaccination par voie intramusculaire. Deuzio, la présence des petits picots entraînerait des “micro-blessures” sur la peau, ce qui boosterait encore la réponse immunitaire.

Deux arguments supplémentaires en faveur du “vaccin-patch” contre le Covid-19 : il se conserverait jusqu’à 1 mois à une température de 25°C et permettrait l’administration d’une plus faible dose de vaccin pour une efficacité équivalente (voire supérieure) aux injections. Innovation à suivre…

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s