Covid: pourquoi Israël atteint des records d’infections malgré les vaccins

Article publié sur moustique.be

L’ancien champion de la vaccination est aujourd’hui au cœur du cyclone mais pas à cause d’une prétendue inefficacité des vaccins, loin de là.

Jamais il n’y a eu autant de contaminations en Israël. On compte aujourd’hui une moyenne d’environ 10.000 cas sur sept jours dans le pays, loin devant le précédent record de 8.600 cas datant de janvier dernier. La moyenne des décès est quant à elle remontée à environ 25-30 par jour, soit la moitié du pic de janvier. Des chiffres qui peuvent surprendre vu que durant tout le début de l’année 2021, Israël se vantait d’être le pays le plus vacciné du monde. Sauf que maintenant, cette affirmation n’est plus vraie. L’État hébreu est dépassé par plusieurs pays, dont la Belgique, et au-delà de la vaccination, plusieurs facteurs jouent contre les Israéliens.

Un variant virulent et une campagne de vaccination qui patine

Le premier élément que citent les autorités israéliennes pour expliquer le rebond épidémique, c’est l’omniprésence du variant Delta. Le taux de reproduction de ce dernier, le fameux R0, n’est plus de 2 ou 3 comme avec la souche originelle du Covid-19, mais de 6,4. Autrement dit, dans un même contexte, là où le Covid-19 pouvait infecter auparavant de 15 à 40 personnes, il se propage aujourd’hui à environ 260 individus. Forcément, cela joue un rôle dans la vague qui frappe aujourd’hui Israël. Mais le variant Delta est également dominant dans de nombreux autres pays, y compris en Occident, sans créer systématiquement une aussi grande vague de contaminations.

Pour expliquer cette différence entre Israël et d’autres pays, il faut s’intéresser de plus près à ce qui se passe au sein même de l’État hébreu. Or ces quatre derniers mois, le taux de vaccination n’a presque pas bougé. En avril dernier, 55% des Israéliens étaient entièrement vaccinés. Ils sont 60% aujourd’hui. Par comparaison, la Belgique est passée dans le même temps de 7% à 73%. Et puisque le variant Delta est plus contagieux, même un taux de 70% ne permet plus d’espérer une immunité collective et chaque pourcent compte.

Des enfants particulièrement nombreux et non vaccinés

Ce n’est pourtant pas faute d’avoir un assez bon taux de vaccination chez les adultes. Les Israéliens de plus de 70 ans sont vaccinés à plus de 90%. Quant aux classes d’âge inférieures, les Belges font mieux mais la différence est faible, avec à chaque fois quelques petits pourcents d’écart. En réalité, ce qui pèse beaucoup dans la balance, c’est le poids démographique des enfants israéliens, alors qu’il n’est toujours pas possible de vacciner les moins de 12 ans. En Israël, 28% de la population a moins de 14 ans selon la Banque mondiale. En Belgique, ils sont 17% et ce taux ne dépasse jamais les 20% ni dans les pays européens, ni en Extrême-Orient ou encore aux USA et au Canada. Puisque les mineurs propagent facilement le virus, cela joue un rôle disproportionné en Israël. À noter par ailleurs que seuls 33% des Israéliens de 12-15 ans sont entièrement vaccinés. En Belgique, 67% des 12-17 ans le sont.

Cela n’a pas empêché le Premier ministre israélien, Naftali Bennett, de rouvrir ses écoles pour la rentrée, comme prévu. Une décision qui a fait l’objet d’un large débat au vu du rebond épidémique. Mais ce n’est pas la première fois qu’Israël se fait remarquer pour son laxisme en termes de mesures sanitaires. Pendant tout un temps, il n’était même plus obligatoire de porter son masque en intérieur. Depuis deux mois, cette règle est revenue en force mais le pays a mis longtemps avant d’adopter la même prudence que celle de nombreux pays européens.

Vers une accalmie?

Le ciel n’est toutefois pas totalement sombre au-dessus d’Israël. Certes, il y a aujourd’hui environ 1.300 hospitalisations, soit plus de la moitié du pic de janvier dernier (2.230 hospitalisés à ce moment-là). Mais depuis la fin août, la situation a cessé d’empirer dans les hôpitaux. Les données officielles de l’État hébreu montrent par ailleurs que seulement 4,8% des patients gravement malades sont des personnes entièrement vaccinées. Preuve que la vaccination marche bel et bien.

Israël porte en même temps de grand espoir dans l’administration d’une troisième dose afin d’éviter que la protection face au Covid-19 ne baisse après six mois. Aujourd’hui, 25% des Israéliens ont déjà reçu leurs injections de rappel. Mais pour le pays, le cœur du défi reste le même. Sans vacciner de nouvelles personnes, son taux de vaccination restera en-dessous des attentes des autorités.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s