Les plus grands films de Jean-Paul Belmondo, monstre sacré du cinéma français

Article publié sur francebleu.fr

Jean-Paul Belmondo est mort ce lundi 6 septembre à l’âge de 88 ans. L’immense comédien a travaillé aux côtés des plus grands metteurs en scène, et ses films sont entrés dans l’histoire du septième art. Retour sur une flamboyante filmographie, riche de 80 longs métrages.

Sur le plateau du tournage de “Flic ou voyou” © Getty – Daniel Simon

L’acteur Jean-Paul Belmondo, monstre sacré du cinéma français, est décédé ce lundi 6 septembre à son domicile à Paris à l’âge de 88 ans, a annoncé son avocat à l’AFP. Bébel a tourné dans 80 films, et laisse derrière lui des rôles inoubliables. Des films de la nouvelle vague aux longs métrages qu’il a produit avec sa maison de productions Cerito Films (nom choisi en hommage à sa grand-mère, Rosine Cerrito), on ne compte plus ses multiples succès qui devenus de grands classiques.

À Bout de souffle

A bout de souffle - Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg
A bout de souffle – Jean-Paul Belmondo et Jean Seberg © Maxppp – Photoshot

Ce film symbole représente la quintessence de la nouvelle vague du cinéma français. Le couple Jean-Paul Belmondo – Jean Seberg, sous la caméra de Jean-Luc Godard, fonctionne merveilleusement bien dans ce polar déroutant et novateur. Ce dernier, à propos de sa mise en scène précise : “Quand j’ai tourné À bout de souffle, je pensais que je faisais  quelque chose de très précis. Je réalisais un thriller, un film de  gangsters. Quand je l’ai vu pour la première fois, j’ai compris que  j’avais fait tout autre chose.” et Jean Seberg de préciser : “C’est une expérience folle – pas de spots, pas de maquillage, pas de  son ! Mais c’est tellement contraire aux manières de Hollywood que je  deviens naturelle“. Ce film est dorénavant projeté dans les cinémathèques du monde entier. 

L’Homme de Rio

L'homme de Rio - Françoise Dorléac et Jean-Paul Belmondo
L’homme de Rio – Françoise Dorléac et Jean-Paul Belmondo © Getty –

Avec plus de 4 millions d’entrées en France lors de sa sortie en 1964 , le film de Philippe de Broca donne à Jean-Paul Belmondo son premier grands succès populaire. Tourné en grande partie au Brésil, notre Bébél national prend des airs de Tintin à la recherche d’un trésor perdu. Dans cette ébouriffante aventure, Françoise Dorléac alterne à la perfection humour, exubérance et tendresse. À noter, l’excellente partition joué par Jean Servais dans le rôle du sombre professeur Norbert Catalan. Un grand classique indémodable.

Un Singe en hiver

UN singe en hiver - Jean-Paul Belmondo et Jean Gabin
UN singe en hiver – Jean-Paul Belmondo et Jean Gabin © Getty –

Attention chef d’œuvre ! Adapté du roman d’Antoine Blondin, l’histoire du jeune publicitaire Gabriel Fouquet qui  vient voir sa fille qui est dans un pensionnat Normand, est admirable. Ne connaissant pas la petite ville, il choisit alors l’hôtel Stella qui est dirigé par Albert Quentin et son épouse (Jean Gabin et Suzanne Flon), ce dernier a promis lors d’un bombardement durant la guerre de ne plus toucher à une goutte d’alcool. Le télescopage des générations parfaitement maîtrisé par la mise en scène d’Henri Verneuil est jouissif et explosif. Les dialogues ciselés par Michel Audiard sont exceptionnels, un véritable travail d’orfèvre. Lorsque Gabin déclare dans le film, à l’issue de la scène du feu d’artifice : “Embrasse-moi, mec. T’es mes 20 ans“, ce n’est plus du cinéma, le monstre sacré du septième art adoube littéralement le jeune comédien et reconnait son immense talent. 

Mentions particulières également pour les indispensables Noël Roquevert (le Landru du magasin le Chic Parisien) et Paul Frankeur (le patron du café) qui participent grandement au succès de ce film intemporel.

Cartouche

Cartouche avec Claudia Cardinale et Jean-Paul Belmondo
Cartouche avec Claudia Cardinale et Jean-Paul Belmondo © Getty –

Partition idéale pour Jean-Paul Belmondo dans le rôle d’un bandit au grand cœur qui sévit à Paris au 13e siècle.  Gai, grave et étourdissant, le brigand aimé des pauvres et détesté par les nobles remporte un nouveau succès auprès des spectateurs. À ses côtés, pour lui donner la réplique, la pétillante Claudia Cardinale est parfaite dans le rôle de Vénus, tandis que l’illustre Marcel Dalio incarne l’infâme Malichot, dont le but est de faire tomber Cartouche afin de retrouver sa place au sein de la fameuse Cour des Miracles. N’oublions pas les indispensables La Taupe et La Douceur, les complices sympathiques du brigand bien-aimé , interprétés par les regrettés Jess Hahn et Jean Rochefort.  La musique est ici signée de l’immense compositeur Georges Delerue, elle porte indéniablement sa griffe et se marie totalement à ce film d’époque. Une franche réussite.

Le Cerveau

le cerveau avec Bourvil, David Niven, Jean-Paul Belmondo
le cerveau avec Bourvil, David Niven, Jean-Paul Belmondo © Getty –

Grosse superproduction qui rassemble une formidable distribution, à savoir : Jean-Paul BelmondoBourvilDavid Niven et Eli Wallach.  Deux amis décident de monter un formidable braquage, il vont attaquer le train Paris-Bruxelles qui contient les fonds secrets de l’OTAN, mais une autre équipe est également sur le coup sous les ordres du bandit insaisissable baptisé “Le cerveau” ! Deuxième plus gros succès de l’année 1969, cette comédie policière débridée réalisé de main de maître par Gérard Oury, totalise plus de cinq millions d’entrées.

La Sirène du Mississipi

La sirène du mississipi avec Catherine Deneuve et Jean-Paul Belmondo
La sirène du mississipi avec Catherine Deneuve et Jean-Paul Belmondo © Getty –

Film noir par excellence qui dévoile notre Bébél national dans un registre qu’il a peu abordé dans sa carrière, celui d’un homme épris d’une femme (Catherine Deneuve) qui en veut a son argent, mais qui accepte tout par amour. À noter, la partition du grand Michel Bouquet dans le rôle du détective privé, dans ce film qui a été tourné à la Réunion et dans la région Grenobloise. Lors de sa sortie, le public bouda quelque peu ce superbe opus de François Truffaut, la composition magistrale de Jean-Paul Belmondo perturba les spectateurs peu habitué à voir leur acteur favori dans ce type de composition. 

Borsalino

Borsalino avec Alain Delon et Jean-Paul Belmondo
Borsalino avec Alain Delon et Jean-Paul Belmondo © Getty –

Nouveau succès au box-office avec plus de quatre millions d’entrées. Il faut dire que l’affiche est alléchante puisqu’elle rassemble les deux “stars” du cinéma français : Alain Delon et Jean-Paul Belmondo qui font revivre les deux célèbres gangsters marseillais Paul Carbone et François Spirito sous la caméra de Jacques Deray. Lors de sa sortie, la presse monta en épingle une querelle entre les 2 hommes à propos du premier nom présenté sur l’affiche. L’affaire fut réglé au tribunal, mais les deux hommes qui avaient débuté ensemble restèrent malgré ces broutilles, d’indéfectibles amis.

Le Magnifique

Le magnifique avec Jean-Paul Belmondo
Le magnifique avec Jean-Paul Belmondo © Maxppp –

Les fans de l’acteur vous le diront, ce long métrage fait partie de leurs films favoris. Il faut bien avouer que le comédien s’en donne ici à cœur joie dans cette double composition d’un auteur de romans d’espionnage au rabais. L’astuce du metteur en scène Philippe de Broca, de montrer à la fois la vie de l’écrivain François Merlin mais aussi en parallèle celle de Bob Saint-Clar, l’agent spécial en mission au Mexique est géniale et décapante à souhait. Au final, tout se mélange et le bel agent secret ira de déconvenues en mésaventures, tandis que son créateur trouvera l’amour idéalisé par l’rresistible Jacqueline Bisset. Indémodable, une authentique pépite !

Peur sur la ville

Tournage de Peur sur la ville
Tournage de Peur sur la ville © Getty –

Une fois encore, énorme succès populaire pour ce film d’Henri Verneuil qui met en vedette un inspecteur de police qui traque un tueur psychopathe. Comme à son habitude, Jean-Paul Belmondo ne se fait pas doubler, que ce soit sur le toit d’une rame de métro de la ligne 6, accroché a un balcon ou glissant sur les gouttières des immeubles de la capitale… Le film sort le jour de son anniversaire, le 9 avril 1975 et enregistre à nouveau quatre millions d’entrées. Respect !

Le Guignolo

Michel Audiard, Jean Paul Belmondo et Georges Lautner - Le Guignolo
Michel Audiard, Jean Paul Belmondo et Georges Lautner – Le Guignolo © Getty –

Après le triomphe de la comédie policière Flic ou Voyou, Jean-Paul Belmondo enchaîne dans la même veine avec pour la seconde fois, Georges Lautner à la mise en scène. Alexandre Baupré (Jean-Paul Belmondo) est un petit voleur tout juste sorti de prison qui est chargé de convoyer à Venise un mystérieuse mallette. Il va se retrouver face à une meute d’espions qui souhaitent avoir à tout prix le contenu de la petite valise. Long métrage au rythme échevelé, Bébél prend visiblement plaisir à forcer le trait dans cette rocambolesque aventure où une fois encore les dialogues de Michel Audiard font mouche. 

Itinéraire d’un enfant gâté

Itinéraire d'un enfant gâté - JP Belmondo, Claude Lelouch, Richard Anconina
Itinéraire d’un enfant gâté – JP Belmondo, Claude Lelouch, Richard Anconina © Getty –

Ce long métrage marque un tournant dans la carrière de l’acteur, il laisse de côté son rôle de super flic à l’image du film de Jacque DerayLe Solitaire. Ici, il retrouve l’univers de Claude Lelouch pour une histoire qui se déroule aux quatre coins du monde. La scène où Jean-Paul Belmondo apprend à Richard Anconina à dire bonjour et à ne pas être étonné, est un modèle du genre. La musique est naturellement signé Francis Lai, le compositeur fait partie de l’entourage proche du metteur en scène depuis Un homme et une femme en 1966.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s