Séisme à Saint-Emilion : Ausone et Cheval Blanc quittent le classement

Article publié sur les echos.fr

Les deux Châteaux les plus prestigieux de l’appellation n’ont pas envoyé le dossier permettant de prétendre au futur classement attendu en 2022. En cause, selon eux, la trop forte place laissée à l’aspect réceptif ou aux réseaux sociaux, au détriment de la dégustation et du terroir.

Si la météo est capricieuse ces jours-ci sur le vignoble bordelais, elle n’est rien à côté du coup de tonnerre déclenché par Cheval Blanc et Ausone . Les deux propriétés, qui trônent au sommet du classement des vins de Saint-Emilion, n’en feront plus partie l’an prochain. En désaccord avec ses modalités, elles ont choisi de ne pas envoyer le dossier de candidature pour le futur classement attendu en 2022. Une décision surprise, révélée par le magazine « Terre de Vins » qui appartient au Groupe Sud Ouest, qui révèle les failles du petit monde des grands crus bordelais.

Contrairement aux grands crus de la rive gauche et à leur classement de 1855, quasiment immuable depuis cette date, l’appellation Saint-Emilion joue depuis les années 1950 la carte du renouvellement. Ce ne fut pas sans difficulté puisqu’après des plaintes de propriétés mal classées, celui de 2006 a été invalidé. Quant à celui de 2012 élaboré sous l’égide de l’Inao et du ministère de l’Agriculture, il a été attaqué dès sa parution.

« Dérive marketing »

Ce dernier avait classé 82 vins en deux catégories : 64 grands crus et 18 premiers grands crus. Au sommet de cette pyramide, quatre vins sont distingués avec la mention « Premiers grands crus classés A » qui forment l’élite de l’appellation : Château Cheval Blanc, Château Ausone auxquels se sont joints Château Angelus et Château Pavie.

« On note une dérive marketing de ce classement et on ne se retrouve pas dans les critères actuels qui font désormais la part trop belle à l’oenotourisme ou à la notoriété digitale et s’éloignent des deux seuls qui vaillent selon nous : le terroir et le vin », explique Pierre-Olivier Clouet, le directeur technique de Cheval Blanc (copropriété de LVMH).

« C’est une décision que nous regrettons mais nous ne partageons pas ces arguments », réagit le directeur du Conseil des vins de Saint-Emilion, Franck Binard. « Il existe une réelle stabilité sur les critères utilisés pour le classement 2022 par rapport à 2012. A l’exception d’un seul, celui de la dégustation, dont la note pèse désormais 50 % de la note finale ».

Dans une appellation où les prix du foncier ont flambé , le retrait de ces deux Châteaux stars ne va pas refroidir les ardeurs des autres prétendants, plus nombreux à concourir qu’en 2012, même si l’Inao se refuse à donner des chiffres. En prévision de ce classement, les propriétés ont multiplié les investissements dans des chais spectaculaires. A l’image de Troplong Mondot ou de château Figeac avec l’ambition d’atteindre le sommet du classement.

Frank Niedercorn (Correspondant à Bordeaux)

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s