Le PDG de Pfizer attendra pour se faire vacciner contre le Covid-19

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla. © Drew Angerer/Getty Images

Article publié sur Businessinsider.fr

Le PDG de Pfizer, Albert Bourla, n’a pas encore reçu le vaccin COVID-19 que sa société a développé en collaboration avec BioNTech — et il a déclaré lundi à CNBC que les dirigeants de Pfizer attendront leur tour pour se faire vacciner. “Dès que je le pourrai, je le ferai”, a-t-il déclaré. Mais il a ajouté qu’il ne voulait pas que les dirigeants “passent devant les autres” et donnent le mauvais exemple.

“J’ai 59 ans, je suis en bonne santé, je ne travaille pas en première ligne, donc il n’est pas recommandé que mon groupe se fasse vacciner maintenant”, a-t-il expliqué. Toutefois, Albert Bourla a déclaré qu’il envisagerait de se faire vacciner plus tôt que ce qui est recommandé pour une personne de son âge et de son état de santé “juste pour montrer la confiance de la société”. Cela pourrait encourager d’autres personnes à se faire vacciner, a-t-il dit.

Pfizer effectue “de nombreux sondages” pour savoir ce qui inciterait les gens à se faire vacciner, a déclaré Albert Bourla — et l’une des principales réponses est de savoir si, en tant que PDG, il se fera vacciner. Les gens veulent aussi savoir si le président élu Joe Biden se fera vacciner, a-t-il déclaré.

“Dans cette optique, j’essaie de trouver un moyen de me faire vacciner, même si ce n’est pas mon heure, juste pour montrer la confiance de l’entreprise”, a-t-il déclaré. “Mais nous avons pris la décision que si nous devions le faire, nous ne le ferions pas pour nos autres dirigeants, donc aucun des dirigeants ou des membres du conseil d’administration ne passera en priorité”. Ils prendront cette décision au moment opportun en fonction de leur âge et de leur profession, a-t-il ajouté.

Les présidents américains prêts à se faire inoculer le vaccin contre le Covid-19

La Food and Drug Administration (FDA) américaine a autorisé le vaccin pour une utilisation d’urgence le 12 décembre. Lundi, Sandra Lindsay, une infirmière de New York, est devenue la première personne aux États-Unis à recevoir le vaccin COVID-19.

Un groupe consultatif des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) américains a recommandé que les travailleurs de la santé et les résidents des maisons de retraite soient les premiers à se faire vacciner — mais il appartient à chaque État américain de décider comment donner la priorité à ses populations les plus vulnérables.

Les hauts fonctionnaires américains pourraient également avoir accès au vaccin dans les meilleurs délais, a indiqué Bloomberg, mais le président Donald Trump a déclaré qu’il attendrait pour le recevoir. “Les personnes travaillant à la Maison Blanche devraient recevoir le vaccin un peu plus tard dans le programme, à moins que cela ne soit spécifiquement nécessaire”, a-t-il déclaré dans un tweet. “J’ai demandé que cet ajustement soit fait. Il n’est pas prévu que je prenne le vaccin, mais j’ai hâte de le faire au moment opportun.”

Les anciens présidents américains Barack Obama, Bill Clinton et George W. Bush ont tous déclaré qu’ils étaient prêts à recevoir leurs doses contre le Covid-19 devant une caméra pour montrer que le vaccin est sûr. Le fait que le président Donald Trump fasse de même est “assurément à l’étude”, ont déclaré les responsables de la Maison Blanche. Joe Biden a également déclaré qu’il prendra le vaccin dès qu’il sera disponible.

En France, la vaccination se déroulera en trois phases. En janvier, les premiers concernés seront les personnes âgées vivant en établissement médico-social et les personnes qui y travaillent présentant un risque particulier, soit environ un million de personnes. C’est en février que devrait débuter la phase 2 avec les personnes fragiles en raison de leur âge ou de pathologies (14 millions de personnes). Enfin, la phase 3 concernera l’ensemble de la population et devrait débuter au printemps.

Pfizer espère produire ‘beaucoup plus’ de vaccins que prévu

Dans l’interview accordée à CNBC, Albert Bourla a parlé de la distribution du vaccin de Pfizer aux États-Unis. Les vaccins doivent être conservés à -94 degrés Fahrenheit (-70 degrés Celsius), ce qui est nettement plus froid que pour la plupart des autres vaccins. “Je suis très confiant dans le fait que les choses se passeront très bien”, a déclaré Albert Bourla, expliquant que la société se préparait à distribuer les vaccins depuis des mois.

Il a également ajouté que, bien que Pfizer ait déclaré qu’elle produirait 1,3 milliard de doses de son vaccin l’année prochaine, il s’agit simplement d’un “engagement envers le monde”. La société espère en fait en produire “beaucoup plus”, a-t-il déclaré.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s