5 conseils pour bien choisir son vin rosé cet été

Article publié sur masculin.com

A l’apéro ou pour un barbecue, le rosé reste la star de l’été ! Provence, Corse, Loire, Bordeaux, et pourquoi pas Australie… Il existe mille idées pour se rafraîchir les papilles avec un rosé cet été. Reste encore à mettre la main sur l’étiquette adéquate qui saura accompagner les saveurs estivales votre barbecue ou votre apéro. Voici cinq conseils incontournables pour ne pas se tromper.

@Istock

1- Observez la couleur

Vous n’êtes pas un expert en vin et que, pour autant, l’envie d’un bon rosé frais pour accompagner votre barbecue estival vous titille, prêtez avant tout attention à sa robe. A travers la bouteille, vous distinguerez une couleur plus ou moins claire. La robe en dit long sur les arômes du flacon. Une couleur claire vous donnera des pistes pour une dégustation marquée par des notes d’agrumes et de fruits exotiques. A l’inverse, une robe plus foncée laisse deviner des arômes de fraises, de cassis et de fruits rouges.

2- Repérez le cépage

Le conseil n’est pas obligatoire, mais il peut vous donner des pistes sur les saveurs. Quand le merlot et le cabernet divulguent leurs notes de fruits rouges, le grenache et le cinsault se distinguent par des arômes d’agrumes. Ces derniers donnent aussi plus de rondeur au vin. Attention, ce n’est pas une vérité actée, mais plus une tendance, et le terroir va aussi énormément jouer sur le rendu final du vin.

3- Ne pas se référer à la couleur pour déterminer le taux de sucre

De nombreux consommateurs connaissent leurs goûts et savent s’ils préfèrent les vins sucrés ou secs. Attention à ne pas se laisser amadouer par la couleur du rosé. Un rosé clair n’est pas obligatoirement sec. Il peut être sucré. Pour rappel, un vin rosé est sec s’il contient moins de 4 grammes de sucre par litre. Au-delà, il est sucré. Reste l’étiquette pour en avoir le cœur net…

4- Décryptez l’étiquette

Lors de la lecture de l’étiquette, il s’agit surtout de repérer si la bouteille est concernée par une Appellation d’Origine Protégée (AOP) ou par une Indication Géographique Protégée (IGP). Dans la hiérarchie des signes de qualité, l’AOP est une marque prestigieuse, qui oblige les vignerons à respecter un cahier des charges très strict. Ce sigle est donc un gage de qualité. L’IGP laisse aussi espérer une bonne dégustation.

5- Repérez le millésime

Le millésime est un autre indice pour dénicher la bouteille souhaitée. L’année de la dernière récolte doit laisser présager un rosé jeune, vif, aromatique et fringuant. C’est en l’occurrence les termes attribués au millésime 2021. Pour un rosé plus rond, avec des notes de fruits secs et de noix, on optera volontiers pour les millésimes 2019 ou 2020.

Enfin, les rosés de garde sont âgés de cinq à huit ans. Vinifiés en barriques, ils apportent une touche de vanille. Certains rosés « haut de gamme » peuvent autant être bus dans l’année que gardé pour plusieurs années en cave.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s