Bordeaux en primeur 2021: notre sélection des 10 meilleurs vins à dominante record de cabernet

Article publié sur avis-vin-lefigaro.fr

En 2021, le millésime a été plus clément avec les cabernets, franc comme sauvignon. Ainsi, de nombreux vins en contiennent cette année une proportion historiquement élevée. Voici notre top 10.

Château L’Évangile à Pomerol @ Danièle Schneider / SDP

Château Ducru-Beaucaillou «Caressant comme la soie»
Saint-Julien
Note Le Figaro : 95-98/100
Finesse et soyeux évoquent la robe luisante d’un pur-sang. Le noir domine entre fruits, graphite, chocolat et touche poivrée. Longiligne, caressant comme la soie, avec des tanins poudrés, le vin se cabre avec une finale énergique, légèrement épicée et une amertume bienvenue. Ce millésime frais convient bien à Ducru-Beaucaillou !

Château Lafite Rothschild «Un caractère unique et indéfinissable»
Pauillac
Note Le Figaro : 95-98/100
Le nez possède ce caractère unique et indéfinissable des Lafite en primeur. Mystérieux, timide, voilé, il laisse néanmoins entendre qu’il a beaucoup plus à offrir, avec son allure modeste, douce et calme. C’est un vin noble, classique, qui ne se soucie pas des modes, restant hors du temps. Il se dévoile progressivement, révélant une densité plumeuse, des tanins lisses qui dirigent le vin en bouche, et se terminent dans une finale longue, sapide et minérale, qui présage d’une longue garde. Sans oublier une touche de gourmandise sur une finale chocolatée.

Château L’Evangile «Un vin svelte et noble»
Pomerol
Note Le Figaro : 95-98/100
Le premier millésime complet de la nouvelle directrice technique Juliette Couderc est tout simplement superbe. Le nez garde l’hédonisme et la volupté de L’Évangile, tout en lui donnant une nouvelle veine de fraîcheur et de précision. C’est Julia Roberts dans Pretty Woman. On n’y retrouve plus le boisé excessif des années passées. La bouche est immaculée et harmonieuse, offrant un caractère sapide et salin, avec un cœur fondant de fruits parfaitement mûrs et une suavité chocolatée. Un vin svelte et noble.

Château Pichon-Longueville Baron «Une belle plénitude en bouche»
Pauillac
Note Le Figaro : 95-98/100
Au nez, un noyau pur et profond de fruits violets. Le pourcentage historiquement élevé de cabernet sauvignon (88 %) lui confère un raffinement aristocratique, évoquant un grand bouquet de fleurs spectaculaires dans l’entrée du château. Une belle plénitude en bouche, en termes de saveurs et de texture. Des tanins satinés et structurants mènent à une longue finale.

Château Pichon Longueville Comtesse de Lalande «Un vin empreint d’une grande sérénité»
Pauillac
Note Le Figaro : 95-97/100
Un nez élégant et apaisant de fruits très mûrs et fins, avec des notes légèrement fumées et une touche de copeaux de crayon. Il a le même caractère zen que son voisin premier cru classé du château Latour. La bouche est crémeuse, chocolatée, pleine d’énergie. Un vin parfaitement équilibré, posé, empreint d’une grande sérénité, et très long.

Château Angélus «Grandiose en bouche»
Saint-Émilion
Note Le Figaro : 95-96/100
Un bouquet immédiatement hypnotique, aux fruits noirs et violets précisément définis, avec la clarté d’une télévision ultra HD et la profondeur d’un film en 3D. Grandiose en bouche, avec une présence et une précision qui sont en parfaite harmonie. La texture cachemire s’impose de façon plus persistante sur la finale, gourmande et digeste.

Château Calon-Ségur «Une délicatesse rayonnante»
Saint-Estèphe
Note Le Figaro : 92-95/100
Une chatoyance des épices de Noël, une délicatesse rayonnante de la violette et un profond noyau d’encre composent un nez rond et voluptueux. Le bois est encore apparent en bouche, mais n’arrive pas à masquer un corps riche et opulent de fruits sombres et mûrs, avant une finale de moka. Encore un peu austère et sérieux, il devrait être apaisé à la livraison du millésime. 

Château D’Armailhac «Une texture enveloppante et caressante»
Pauillac
Note Le Figaro : 91-93/100
Le premier millésime vinifié dans les nouvelles installations. Au nez, un fruit riche, grisant et précis, soutenu par des notes sapides. Traditionnellement le «rugbyman en smoking» de l’écurie du baron Philippe de Rothschild, ce d’Armailhac est très doux et féminin en bouche, avec une texture enveloppante et caressante, évoquant plutôt une rugbywoman gracieuse. La finale est chocolatée, granuleuse.

Château Larrivet Haut-Brion «Alléchant et frais en bouche»
Pessac-Léognan 
Note Le Figaro : 91-93/100
Un assemblage sans merlot pour la première fois. Un nez juteux de beaux fruits noirs, avec une pointe de poivre noir et des notes minérales d’ardoise. Alléchant et frais en bouche, sur une base riche et épicée, avec une texture soyeuse et fluide.

Château Potensac «Un beau fruit limpide et souple»
Médoc
Note Le Figaro : 90-92/100
Un pourcentage record de cabernet franc (23 %). Un bouquet dense et sérieux, de bois précieux et de feuille de cassis. Une structure tendue et bien définie, qui encadre un beau fruit limpide et souple. Le tanin est soyeux, crayeux ; la finale salivante et longue.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s