Accueil de réfugiés, dons de vêtements, d’argent : comment aider les Ukrainiens depuis la France ?

Article publié sur franceinter.fr le 02/03/2022

Près d’une semaine après le début de la guerre en Ukraine, France Inter organise, ce mercredi, une journée spéciale en soutien aux Ukrainiens. En France, de nombreux messages affluent sur les réseaux sociaux pour les aider. Voici une liste non-exhaustive des moyens pour donner et accueillir.

Des immeubles éventrés, des tirs en pleine ville, des familles qui fuient leurs pays. Depuis six jours et le début de l’invasion russe en Ukraine, le monde entier est témoin de violents combats sur le sol européen. Très vite, l’envie d’aider s’est fait sentir. Sur les réseaux sociaux, des messages affluent pour proposer son aide. « Comment faire un don ? », « À qui envoyer des vêtements, des denrées alimentaires ? », « Je suis disponible pour accueillir des réfugiés ukrainiens ». Pour vous aider à y voir plus clair, France Inter a réalisé ce guide, évidemment non-exhaustif.

Dons d’argent

Dans une publication Facebook (ci-dessous), l’ambassade d’Ukraine en France centralise tous les moyens pour aider le pays. Il y a les codes pour effectuer des virements et une liste des associations qui œuvrent sur le terrain. L’ambassade d’Ukraine donne aussi le lien pour faire des dons à l’armée.

Il y a aussi la Croix Rouge, le Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés ou encore Care international. Il existe aussi l’association World Central Kitchen, elle distribue des repas aux postes frontières avec la Pologne. L’association United Help Ukraine se charge de transmettre les dons alimentaires, hygiéniques, de fournitures alimentaires aux Ukrainiens restés au pays.

Pour les plus connectés, il existe les dons via la cryptomonnaie. Ce moyen est largement plébiscité par le gouvernement ukrainien. Au lendemain du début de l’invasion russe, le ministre ukrainien de la transition numérique a même lancé vendredi un appel aux dons via les cryptomonnaies. En temps de guerre, cet argent numérique est une alternative aux billets de banque. Plus de cinq millions d’Ukrainiens utilisent le bitcoin ou le stable coin. Cette monnaie est encore plus sûre, car elle est adossée au dollar. « Face à l’urgence c’est quelque chose qui fonctionne très bien ! » constate Philippe Herlin, économiste et expert en monnaies numériques.

Dons de vêtements et produits non périssables

Associations, collectivités territoriales, particuliers : de très nombreuses entités existent pour faire des dons. Beaucoup de villes organisent des collectes, à l’image de NancyMontpellier ou encore Marseille.

La communauté de scoutisme ukrainienne Plast récupère aussi les dons des particuliers. Il existe aussi des associations pour faire le lien, c’est le cas d’Aide médicale caritative France-Ukraine. Celle-ci achemine du matériel médical comme des compresses stériles ou des kits de bandage d’urgence. Sur son site internet, elle liste les éléments dont l’Ukraine a besoin et détaille la marche à suivre.

Localement, des associations voient le jour pour venir en aide aux Ukrainiens. À Rennes, l’association « All behind » a par exemple été créée le jour de l’invasion russe en Ukraine. Ce mardi 8 mars, elle envoie déjà des dons par camions. À Strasbourg, l’association PromoUkraïna achemine des denrées vers l’Ukraine. À Toulouse, Ukraine libre dresse la liste des produits dont elle a besoin.

Accueil de réfugiés

Sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes proposent d’accueillir des Ukrainiens, mais ne savent pas toujours comment s’y prendre. Certaines villes s’organisent. À Lille, une adresse mail est disponible pour faire part de sa capacité à accueillir des réfugiés ukrainiens. La ville de Lyon met en place un numéro. Sur son site internet, elle renvoie aussi vers des associations pour faire des dons financiers. À Toulouse, ville jumelée avec Kiev la capitale de l’Ukraine, la mairie met aussi une adresse mail à disposition.

L’association Aide médicale caritative France-Ukraine a créé une adresse mail (hebergement@ukr.fr) pour recueillir les propositions d’hébergement des Français. 

Pour l’heure, toutefois, peu d’Ukrainiens sont arrivés en France. Ce mardi, le ministre de l’Intérieur Gérald Darmanin parlait de « moins d’une centaine ». Le ministre de l’Intérieur s’est entretenu avec les préfets sur l’accueil des « déplacés ukrainiens ». Il assure que le gouvernement installe des « aménagements particuliers pour pouvoir organiser des accueils » dans les aéroports et mettre en place « des dispositifs d’accueil » en lien avec les élus. Le gouvernement invite aussi les élus locaux à faire remonter « les solutions et initiatives possibles » pour l’accueil des réfugiés ukrainiens.

Le ministre de l’Intérieur a aussi évoqué le statut de ces réfugiés, à leur arrivée en France. Les ressortissants ukrainiens dont les titres de séjour en France arrivent à expiration « dans les jours et semaines à venir » verront leur titre prolongé de « 90 jours au moins ». Au niveau de l’Union européenne, il a cité également la mise en place de « la protection temporaire de six mois, renouvelable pendant trois ans ». Par ailleurs, le ministre a évoqué un échange avec son homologue britannique afin « de laisser passer les Ukrainiens en Grande-Bretagne » en citant le cas d’une famille bloquée à Calais.

Laisser un commentaire