Naturopathie : voici les meilleures méthodes pour rester en forme

Article publié sur femina.fr

@iStock

Quatre praticiens* nous dévoilent leur routine destinée à préserver une bonne immunité. Pour rester au top de la vitalité tout au long de l’hiver.

Christèle Mellet, 52 ans, Garches

Cette ancienne avocate considère la naturopathie comme un véritable mode de vie axé sur l’alimentation, l’activité physique et la gestion du stress. Elle est aussi conseillère pour les cosmétiques naturels Laboté.

Mon programme détox et immunité Je soigne notre usine de détoxication qu’est le foie. Dans la journée, je bois des tisanes de plantes aux propriétés dépuratives (chiendent, ortie piquante, pensée sauvage, radis noir, fumeterre, bardane…), ce qui contribue aussi à bien m’hydrater et à éviter la fatigue. Je veille aussi à mes apports en oméga 3 anti-inflammatoires : ils hydratent également le derme, évitant à la peau de tirailler ou aux lèvres de se dessécher sous l’effet du froid. Pour cela, j’avale chaque matin à jeun 1 cuillère à soupe d’huile de lin et j’y associe quelques gouttes de vitamine D, essentielle à une bonne immunité. Et, trois fois par semaine, j’ouvre une boîte de petits poissons gras (sardines, maquereaux…). Je marche aussi beaucoup et je pratique le yoga chaque matin : j’effectue plusieurs séries de salutations au soleil qui relancent les circulations sanguine et lymphatique.

Un état grippal ? Réparation toute ! Je dors, je bois beaucoup et je privilégie une alimentation dépourvue d’aliments pro-inflammatoires comme le gluten, les produits laitiers et les sucres raffinés. Excellent au contraire : le bouillon d’os. Je mets une carcasse de poulet bio dans un faitout, j’y ajoute des herbes, des légumes de saison et je laisse mijoter douze heures dans un grand volume d’eau et 2 cuillères à soupe de vinaigre de cidre. Cette cuisson libère le collagène des os et produit un bouillon gélatineux, parfaitement bien assimilé, qui « répare » la muqueuse intestinale, pilier de l’immunité. Je le congèle et j’en prends un petit bol chaque soir…

Marie-France Farré, 44 ans, Angresse (Landes)

Naturopathie rimant avec cuisine saine, la praticienne est également cheffe de cuisine végétale et a notamment coécrit Epices, aromates et condiments (Eyrolles). Elle complète sa vision holistique de la santé en enseignant le yoga.

Mon programme nutrition et vitamines En toutes saisons, selon les principes de la médecine ayurvédique, j’essaie de respecter mes rythmes biologiques, calés sur ceux du soleil. L’hiver, je dors donc davantage en me couchant tôt. Côté alimentation, je consomme quantité de fruits et de légumes de saison, en préférant les cuissons courtes à la vapeur douce pour conserver un maximum de nutriments. Je mange aussi des aliments crus (carottes, chou blanc ou betteraves rouges râpés, épinards en salade…) qui préservent enzymes, vitamines et minéraux. Pour bien les digérer, je les prends en petite quantité et au début du repas. Je pense aussi à nourrir ma flore intestinale, clé de l’immunité, avec des probiotiques : je prévois 1 cuillère à soupe d’aliments lactofermentés (choucroute, carottes…) à chaque repas et je bois régulièrement du kombucha ou du kéfir. Et je fais des cures de pollen frais.

Un état grippal ? Pause obligée… Il faut du repos et des plats légers à digérer (légumes vapeur…) pour laisser au corps le temps de réactiver sa force vitale. Je prépare une infusion avec de la cannelle, du miel, du thym et du jus de citron. Et je me nettoie le nez avec le spray Eau de Quinton. Pour retrouver du tonus, je frotte une goutte d’huile essentielle d’épinette noire sur les poignets, avec lesquels je masse le bas du dos.

Thierry Folliard, 54 ans, Paris

L’envie de prendre soin des autres a d’abord conduit cet ingénieur sur la route de la phytothérapie. Il est l’auteur de la Bible Larousse des huiles essentielles et coauteur du Dictionnaire complet des bourgeons (Dauphin). Il s’est ensuite formé à la naturopathie et à l’énergétique chinoise.

Mon programme antistress et antivirus Mon premier réflexe pour un hiver en forme ? Bien dormir, des études révélant que quelques heures de sommeil en moins affaiblissent considérablement nos défenses immunitaires. Pour un bon sommeil, je dîne légèrement et pas trop tard. Durant la journée, je conserve une activité physique régulière : outre mes déplacements à vélo, je pratique chaque matin au réveil quelques exercices de renforcement musculaire et un peu de méditation ou de yoga – cinq minutes suffisent ! –, ce qui permet aussi de bien gérer le stress. En période d’épidémie, je diffuse chez moi des huiles essentielles assainissantes, antivirales… et locales, comme Eucalyptus radiata ou Laurier noble. Je suis aussi une cure de bourgeons d’églantier (5 gouttes dans un verre d’eau, trois fois par jour, pendant trois semaines) qui renforcent le système immunitaire et respiratoire.

Un état grippal ? Vive les tisanes ! Dès les premiers symptômes, je bois trois ou quatre tasses par jour de tisane de fleur de sureau ou de racine d’aunée, aux propriétés anti-inflammatoire et antivirale, ou de thym, puissant antiseptique, anti-infectieux et antibiotique.

Émilie Grandjean, 39 ans, Aigues-Mortes

Venue à la naturopathie pour mieux connaître le fonctionnement de l’organisme, elle exerce aujourd’hui avec plusieurs cordes à son arc : elle est également iridologue et certifiée en réflexologie auriculaire.

Mon programme aroma et reminéralisant J’ai recours à l’huile essentielle de ravintsara : elle est antivirale et immunostimulante. Je masse les pieds de mes filles chaque soir avec 1 ou 2 gouttes diluées dans une huile végétale. Pour moi, je la mélange (50 gouttes) avec des huiles essentielles de thym saturéoïdes (50 gouttes) et de citron (100 gouttes) dans un flacon de 50 ml d’huile de noyau d’abricot. Dès les premiers frimas et jusqu’au printemps, je me masse le thorax et les poignets avec 5 gouttes au maximum, trois ou quatre fois par semaine. Mais mon petit chouchou pour ne pas tomber malade reste le plasma marin (Quinton Isotonic), que je prends à l’année, cinq jours sur sept ! Il affiche les mêmes concentrations en minéraux et en oligoéléments que le plasma sanguin et reminéralise les liquides intra et extracellulaires.

Un état grippal ? Prime à l’autoguérison La fièvre est un mécanisme de défense de l’organisme qu’il faut respecter. Si elle reste modérée et qu’il n’y a pas de douleur particulière, j’applique des compresses d’eau fraîche et de vinaigre de cidre bio sur le front.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s