Covid-19 : Omicron ne serait pas moins dangereux que le variant Delta

Article publié sur capital.fr

Une étude scientifique montre notamment que le taux de protection, après avoir été contaminé, est très faible avec Omicron par rapport au variant Delta.

Le variant Omicron moins dangereux que le variant Delta ? C’est ce que déterminaient certaines études depuis son apparition en Afrique du Sud. Le 6 décembre, Olivier Véran déclarait même qu’il était “manifestement plus contagieux, manifestement pas plus dangereux”. Mais, comme le rapporte BFMTV, une nouvelle étude britannique réalisée par l’Imperial College de Londres vient battre en brèche ces idées. Réalisée entre le 29 novembre et le 11 décembre, elle n’est certes que partielle, mais parvient à des résultats bien différents. Selon les experts, il n’y aurait “aucune preuve qu’Omicron a une sévérité différente de Delta”.

Pour parvenir à ces résultats, les scientifiques se sont basés sur les tests positifs de patients sur cette période en Angleterre, où le variant progresse très vite. Néanmoins, selon nos confrères, les chercheurs précisent que leurs résultats sont à relativiser car encore trop limités. Ils devraient avoir de nouvelles données dans le courant de la semaine prochaine, et un “jugement plus définitif” sur ce variant Omicron sera donné, détaille l’un des auteurs de l’étude sur Bloomberg.

Flambée des cas au Royaume-Uni

Cependant, un autre élément est plus inquiétant pour les scientifiques : le fait que la protection immunitaire soit bien plus faible avec Omicron qu’avec le variant Delta, après avoir déjà eu le Covid. Ainsi, selon les résultats de cette étude, six mois après une infection, la protection immunitaire était de 85% pour le variant Delta, contre seulement 19% pour le variant Omicron. Même constat concernant la vaccination. Avec seulement deux doses, une personne n’est protégée contre des formes symptomatiques que de 0 à 20%, alors qu’avec une dose de rappel cela peut varier entre 55 et 80%, précise la BBC.

Une troisième dose contre le variant Delta protégerait jusqu’à 97% en revanche, notent les chercheurs. Les auteurs de l’étude demandent aux gouvernements de mettre des mesures en place tant que des résultats définitifs ne sont pas connus. Ils plaident aussi pour une vaccination généralisée dans le monde entier pour faire face aux différents variants. La Grande-Bretagne est confrontée à une vague très importante, avec pas moins de 93.000 cas positifs vendredi 17 décembre. En tout, 3.201 cas du variant Omicron ont été détectés, dont 1.691 dans la seule journée de vendredi.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s