Covid-19 : ce qu’il faut savoir sur le variant Epsilon du coronavirus

Article publié sur topsante.com

Le variant Epsilon (autrefois : californien) du coronavirus SARS-CoV-2 inquiète les autorités sanitaires : on fait le point sur cette nouvelle menace.

On connaissait déjà les variants Alpha (britannique), Beta (sud-africain), Gamma (brésilien) et Delta (indien) du coronavirus SARS-CoV-2 : voilà maintenant que de nouvelles menaces apparaissent puisque les inquiétudes se cristallisent désormais autour des variants Epsilon et Lambda

Variant Epsilon : de quoi parle-t-on exactement ? Le variant Epsilon du coronavirus SARS-CoV-2 ne date pas d’hier : autrefois appelé “variant californien“, il a été repéré pour la première fois aux États-Unis au mois de mars 2020.

Le variant Epsilon (ou variant CAL.20C (B.1.427/B.1.429), c’est son nom scientifique) a été classé dans la catégorie des “variants of interest” par l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) : en clair, s’il n’est pas considéré comme un danger immédiat (principalement parce qu’il n’est pas très répandu), il reste surveillé attentivement. En France, le variant Epsilon fait partie de la liste des mutations du coronavirus à surveiller…

Le variant Epsilon n’est pas plus contagieux mais pourrait résister aux vaccins

Variant Epsilon : est-il plus dangereux pour la santé ? Plusieurs études se sont intéressées de près au variant Epsilon du coronavirus SARS-CoV-2. Primo, selon une étude américaine publiée dans la revue spécialisée Science ce 1er juillet 2021, le variant Epsilon ne serait pas nécessairement plus contagieux que le coronavirus “de base”.

En revanche, d’après cette étude, ce variant aurait la capacité de diminuer de 2 à 3,5 l’efficacité des vaccins à ARN messager (comme les vaccins Pfizer/BioNtech ou Moderna) après deux injections, en réduisant l’efficacité de certains anticorps dirigés contre le virus.

Variant Epsilon : où se trouve-t-il ? À l’heure actuelle, le variant Epsilon reste assez rare : on l’observe plutôt aux États-Unis, au Mexique et (dans une moindre mesure) au Danemark. En France, moins d’une dizaine de cas ont été répertoriés.

One comment

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s