Covid-19 : ces symptômes qui différencient le variant anglais du virus classique

Article publié sur lci.fr

Selon une étude menée par le Bureau des statistiques nationales du Royaume-Uni, certains symptômes du Covid-19 sont plus fréquents chez les personnes touchées par le variant britannique.

Quand variant rime avec différent. Selon une étude menée par l’office national de la statistique au Royaume-Uni, la forme du Covid-19 qui sévit depuis plusieurs semaines outre-Manche et qui commence à essaimer de ce côté-ci de la Manche, a des symptômes spécifiques. Principales caractéristiques de celui qu’on appelle le B 1.1.7 ? Une forte toux et des maux de gorge.

Concrètement, les auteurs de l’étude se sont penchés sur 6.000 malades, qu’ils ont interrogés à travers tout le pays. Sur la base d’ “auto-déclarations” de leurs symptômes, couvrant la période du 15 novembre 2020 au 16 janvier 2021, ils ont pu établir une liste de douleurs, de sensations plus ou moins fortes. Première d’entre elles : la toux. 35% des patients ont été touchés par cette dernière, contre 28% chez les personnes touchées par la souche classique du virus.

La perte de goût et d’odorat moins fréquente

Le second symptôme le plus récurrent chez ces malades : la fatigue. Elle touche 32% d’entre eux, contre 29% des malades de la souche classique. Les douleurs musculaires, appelées myalgies, se manifestent quant à elles pour un quart des patients du premier échantillon, contre près d’un cinquième pour ceux du covid “classique”.

En outre, l’étude montre que les maux de gorge sont fréquents pour les personnes atteintes du variant (21,88% contre 19,08%). Idem pour les poussées de fièvre, dont 21,69% des personnes infectées par le variant ont déclaré souffrir contre 19,28%. En revanche, la perte du goût et de l’odorat, souvent évoquée par les malades du Covid-19, sont moins souvent signalés par les personnes touchées par le variant B.1.1.7. Respectivement 15% et 16% des malades du nouveau variant déclarent ces symptômes, contre 18% et 19% pour les malades de la première forme du virus.

Mutant anglais ou non, cette nouvelle forme du virus est en tout cas de plus en plus présente sur le sol français. Un cas de Covid-19 sur dix actuellement détectés en France pourrait être dû au variant anglais du coronavirus, soit trois fois plus que durant la première semaine de janvier, selon des estimations données mercredi par le porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s