Bonnes tables en Alsace, 10 pépites gourmandes sur la route des vins

Article publié sur lefigaro.fr

Avec ses plats qui ne connaissent pas les effets de mode, la gastronomie alsacienne est un exemple de continuité dans le temps. Branchées ou plus traditionnelles, nos adresses préférées entre Strasbourg et Colmar.

Un esprit scandinave en Alsace ! C’est le concept de l’hôtel 48° Nord imaginé par le Danois Emil Leroy-Jansson à Breitenbach. Photo presse

Au risque d’être dans le cliché, l’Alsace est un pays de bons vivants. De ceux qui, peut-être, ont trouvé l’affirmation de leur identité malmenée dans les plaisirs de la table. Terre historique de passage, l’Alsace a forgé sa gastronomie à partir de son riche terroir et des influences laissées par ceux qui l’ont visitée ou occupée. Elle est depuis le XIXe siècle considérée comme une région gastronomique, mais depuis plus longtemps encore comme une terre viticole.

La cuisine alsacienne est imprégnée d’influences françaises, allemandes et d’Europe centrale, de traditions catholiques, protestantes et juives. Avec le gibier, les pâtés, les charcuteries, le foie gras – d’oie –, les anguilles, la truite, le sandre, le chou… s’est écrit au fil du temps une langue commune, rassurante et réunificatrice. Cette cuisine se consomme à la maison, dans les winstubs – bistrots locaux -, les brasseries, mais aussi sur les tables gastronomiques. L’Alsace compte pas moins de 35 étoiles Michelin mais aussi pas mal de pépites à découvrir.

1. L’Alchémille, à Kaysersberg

Aux fourneaux de L’Alchémille, Jérôme et Marie-Laure Jaegle composent une cuisine gastronomique et très végétale. Photo presse

À Kaysersberg, l’Alchémille se distingue par une cuisine qui fait largement écho à la nature environnante. Aussi, le Chef Jérôme Jaegle et son épouse Marie-Laure se sont lancé le défi de faire dialoguer haute gastronomie et saveurs végétales. Et pour mieux maîtriser la qualité des produits, fruits et légumes proviennent essentiellement du potager du restaurant quand le chef ne va pas à la cueillette en forêt. Pour autant, il ne renie pas l’héritage de sa famille de boucher-charcutier – déjà à Kaysersberg – et propose également des plats qui satisferont les omnivores : maïs, lard et estragon grillé, voire, plus complexe, consoude, poisson d’eau douce, céleri branche, baie de sureau, fleur de fenouil et sabayon à la sauge.

Les prix : menus, 63 €, 82€, 93 €.

L’adresse : L’Alchemille, 53 route de Lapoutroie, 68240 Kaysersberg. Tél. : 03 89 27 66 41.

2. La Maison des Têtes, à Colmar

Adresse historique du centre de Colmar, la Maison des Têtes propose une cuisine aussi créative que traditionnelle. Photo presse

Après un démarrage remarqué à la Casserole à Strasbourg, le couple Girardin a vu les choses en grand avec La Maison des Têtes. Cette adresse historique du centre de Colmar abrite ainsi un hôtel de 21 chambres, une table gastronomique et une brasserie. Les aménagements allient avec beaucoup d’élégance éléments patrimoniaux et design épuré tandis que la cuisine d’Eric Girardin marie créativité et tradition alsacienne. La carte de la brasserie affiche volontiers croustillants de pied de porc, maquereaux à la flamme et pomme de terre fondante, gâteau soufflé de quenelle de brochet, filet mignon de cochon rôti… Attention à laisser un peu de place pour la mousse soufflée chaude de chocolat !

Les prix : Carte : 25-45 € ; Menu enfant : 14 €.

L’adresse : La Maison des Têtes. 19 rue des Têtes, 68000 Colmar. Tél. : 03 89 24 43 43.

3. Le Sarment, à Mittelbergheim

Adresse historique, Le Sarment connaît une seconde jeunesse avec l’arrivée d’une nouvelle équipe aux fourneaux. Photo presse

Sur la route des vins, Le Sarment porte bien son nom. À Mittelbergheim, village connu des amateurs de sylvaner – le Grand Cru Zotzenberg, La Maison Gilg connaît une seconde jeunesse avec l’arrivée d’une nouvelle équipe menée par Laurent et Nicolas Kocher qui reprennent les rênes de cette institution. Entièrement rénovée, l’adresse conserve néanmoins son cachet traditionnel avec son mobilier en bois ouvragé, ses tables nappées et ses poutres apparentes qui conviennent bien à cette maison historique. La carte maintient des classiques appréciés des visiteurs comme le Presskopf, les joues de porcs braisées, la poularde au riesling et spätzle mais ose aussi des plats aux saveurs plus « lointaines » comme un brie pané et frit, un vitello tonato et un inévitable burger.

Les prix : menu déj. : 12-16 € ; menus : 42, 52 & 74 € ; carte : 35 €.

L’adresse : Le Sarment. 1, rue Rotland, 67140 Mittelbergheim. Tél. : 03 88 08 91 37.

4. Le pressoir de Bacchus, à Blienschwiller

La cheffe Sylvie Drucker revisite avec brio la tradition alsacienne. Photo presse

Sylvie et Gilles Drucker animent depuis plus une quinzaine d’années cette charmante adresse de 20 couverts située au cœur du vignoble alsacien. Avant cela, Sylvie a fait ses débuts en salle mais très vite s’affirme en passant derrière les fourneaux, tandis que son mari réalise le parcours inverse, devenant sommelier, dès lors qu’ils ouvrent leur propre affaire. Autodidacte affirmée, la cheffe exprime tout son talent quand elle revisite la tradition. À l’exemple de cette soupe de choucroute, de cette raviole de carpe ou encore de ce pigeon Bleu-Blanc-Cœur au foie gras. Ni gastro, ni bistrot, cette table déploie néanmoins un décor au goût du jour, à la mesure de la cuisine que l’on y déguste. À noter que la carte des vins a la particularité d’afficher tous les vignerons de Blienschwiller.

Les prix : menu déj : 16 € ; menus : 34 & 58 € ; carte : 45 €.

L’adresse : Le Pressoir de Bacchus. 50 route des Vins, 67650 Blienschwiller. Tél. : 03 88 92 43 01.

5. L’Atelier de Guillaume, à Sainte-Marie-aux Mines

À L’Atelier de Guillaume, une généreuse cuisine de marché, fidèle aux producteurs locaux. Photo presse

Légèrement à l’écart du parcours viticole, à Sainte-Marie-aux Mines, le chef Guillaume Ruch gère son restaurant à la manière d’un atelier où l’on trouve un service de traiteur, une boutique-épicerie et bien sûr une table ouverte midi et soir. Fidèle à ses producteurs et fournisseurs en grande partie installés dans les environs, le cuisinier porte une attention particulière à la saisonnalité des produits qui lui permettent de composer une généreuse cuisine de marché : Jambonnette de caille, escargots et panais ; veau, girolle, courge, panais et sarrasin, potimarron, courge, noisette et truffe de Bourgogne… Le jeudi midi, chef Guillaume s’autorise une incartade en proposant un plat du jour qui fait voyager les papilles au-delà du terroir alsacien.

Les prix : menus déj : 13,90, 16,50 & 19,50 € ; menus : 45 & 55 € ; carte : 35-40 € ; plat du jour : 10,50 €.

L’adresse : L’Atelier de Guillaume. 1 lieu-dit, Sur les Prés, 68160 Sainte-Marie-aux-Mines. Tél. : 03 89 22 37 08.

6. Le Bistrot de la nouvelle auberge, à Wihr-au-Val

Cet ancien relais de poste à l’esprit familial décline tous les fondamentaux de la cuisine alsacienne. Photo presse

À deux pas du village de Munster, la Nouvelle Auberge de Martine et Bernard Leray est bien connue pour son étoile Michelin où le chef exprime toute sa créativité culinaire. Pour autant, il n’en délaisse pas moins la carte du bistrot qui trouve toute sa place dans cet ancien relais de poste. Aussi, les habitués comme les visiteurs de passage prennent un vrai plaisir à venir s’attabler – au déjeuner exclusivement – dans un esprit très familial afin de déguster les « fondamentaux » de la cuisine alsacienne : salade vigneronne, choucroute d’Alsace, coquelet au riesling, vacherin aux myrtilles… Les plats évoluent au gré des saisons et donc des arrivages en provenance de producteurs partenaires dont l’unique vigneron du village.

Les prix : menu : 14,80 € ; carte : 25 €.

L’adresse : Le Bistrot de la nouvelle auberge. 9, route Nationale, 68230 Wihr-au-Val. Tél. : 03 89 71 07 70.

7. La Table 48° Nord, à Breitenbach

Fumage, fermentation, cueillette sauvage, l’esprit scandinave de la Table 48° Nord en pleine Alsace. Photo presse

Un esprit scandinave en Alsace ! C’est en quelques mots le concept de l’hôtel 48° Nord imaginé par le Danois Emil Leroy-Jansson qui dans le même temps a été séduit par l’engagement du village de Breitenbach en matière de développement durable. Cette dynamique se retrouve inévitablement dans les inspirations du chef Frédéric Metzger en charge de la restauration de l’établissement : techniques de fumage et de fermentation ainsi que cueillette sauvage et approvisionnement local marquent sa cuisine qui profite aussi des bienfaits du terrain certifié agriculture biologique où se déploie un potager. Si Metzger suit les saisons, il procède aussi de manière intuitive pour témoigner du caractère vivant du terroir. Aussi, il n’écrit aucune carte au préalable et préfère s’accorder avec la nature pour imaginer ses repas, qui selon l’appétit, se déroulent en 3, 4 ou 6 plats.

Les prix : menus : 36 €, 48 €, 60 €.

L’adresse : La Table 48° Nord. 1048, route du Mont Saint-Odile, 67220 Breitenbach. Tél. : 03 67 50 00 05.

8. La Table du 5, à Barr

Table bistronomique à quatre mains à La Table du 5 à Barr. Photo presse

En plein centre de Barr, à 30 km de Strasbourg, le 5 Terres Hôtel & Spa MGallery Hotel Collection comptent parmi les adresses d’exception sur la route des vins, avec ses 27 chambres qui mixent design et détails historiques, son spa et sa piscine intérieure nichée sous les voûtes de la demeure et sa table bistronomique. Animée par un duo de chefs, Paul Boizet et Quentin Dassé, tous deux dotés d’une solide expérience en tables étoilées, la Table du 5 propose, dans un cadre soigné, une belle cuisine d’auteurs aux saveurs franches – œuf parfait et champignons de sous-bois, filet de truite aux endives braisées, pigeon rôti au sarrasin – douceur de pommes au poivre de Timmut – tandis que la carte des vins n’affiche pas moins de 500 références.

Les prix : menus déj., 19 & 26 € ; menu : 68 € ; carte : 50 €.

L’adresse : La Table du 5, 11 place de l’Hôtel de ville, 67140 Barr. Tél. : 03 90 57 10 10.

9. Le Caveau Morakopf, à Niedermorschwihr

Incontournable en Alsace, la choucroute traditionnelle servie au Caveau Morakopf. Photo presse

La winstub est une particularité bien alsacienne où l’on vient autant pour manger que pour boire. Du vin bien évidemment ! Le Caveau Morakopf est une institution sur la route des vins qui depuis 45 ans accueille ses hôtes dans un décor 100% alsacien pour déguster des spécialités qui le sont tout autant : feuilleté au Munster, Tripes au Riesling, Wadle (jambonneau), Bibeleskäs (fromage blanc et munster) et pommes de terre sautées, Fleischschnacka (saucisse)… et bien sûr la choucroute traditionnelle. Côté vin, la carte déborde de références de riesling, sylvaner, gewurtzraminer… Et même d’une cuvée maison, assemblage de pinot blanc, pinot gris et gewurztraminer.

Les prix : carte 17-25 €. Menu enfant : 10,90 €.

L’adresse : Caveau Morakopf, 7 rue des Trois Épis, 68230 Niedermorschwihr. Tél. : 03 89 27 05 10.

10. Le Schtampfel, à Boersch

L’assiette créative du Schtampfel, à Boersch. Photo presse

L’ancienne poste de Boersch abrite désormais une accueillante auberge gérée par Cindy et Hervé Fuchs. Tous deux passés par des belles maisons de la région, ils proposent au Stampfel – le tampon en alsacien – une cuisine bistronomique qui met à l’honneur les produits du terroir alsacien, à travers une interprétation gentiment créative : rillettes de lapin fermier, panacotta d’asperges, pissaladière d’escargots, burger de foie de canard poêlé, sablé de poire et fève tonka…

Les prix : menu déj. 11,50 € ; carte : 25-30 €.

L’adresse : Le Schtampfel, 1 rue du Rempart, 67530 Boersch. Tél. : 03 88 04 06 26.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s