Le konjac, l’aliment magique pour les seniors

Article publié sur femmeactuelle.fr

Quasiment sans calories, cet aliment traditionnel asiatique contient une fibre « magique » capable de piéger une partie des graisses ingérées.

Il a une vraie action coupe-faim

Ce légume venu d’Asie pousse notamment au Japon. On le cultive surtout pour ses racines dont on extrait une farine, riche en glucomannane, une substance étonnante pouvant absorber jusqu’à cent fois son poids en eau. On l’utilise pour préparer du konnyaku (pâte de konjac en bloc) ou des shirataki (nouilles). Le konjac agit comme un gélifiant très efficace qui tapisse en quelques minutes les parois de l’estomac : et hop, la sensation de satiété qu’il induit freine fringales et grosses faims !

Le konjac n’apporte aucune calorie

Son autre particularité, c’est d’être pratiquement exempt de calories (3 kcal/100 g seulement ) ! On ne prend donc pas de risque à l’inscrire à ses menus, sans compter que son gélifiant capture une partie des graisses que l’on ingère avant qu’elles n’arrivent dans l’estomac, ce qui permet de diminuer le taux de cholestérol sanguin et notamment de celui dit “mauvais” (le LDL).

Il régule le transit

Sans gluten, il convient aux personnes intolérantes ou atteintes de la maladie cœliaque, ainsi qu’à celles souffrant du syndrome de l’intestin irritable. Ses fibres douces (2,2 g/ 100 g), au léger effet laxatif, sont des alliées en cas de constipation légère à modérée, occasionnelle ou chronique, normalisant en quelques jours les transits irréguliers.

Le konjac n’augmente pas la glycémie

Là encore, on peut dire merci au glucomannane gélifiant ! En tapissant les parois de l’estomac et de l’intestin, il freine la digestion des aliments ingérés, ce qui permet de réduire leur index glycémique (IG). Or, consommer des aliments à IG élevé a pour conséquence, dans les deux heures qui suivent la prise, d’augmenter le taux de sucre dans le sang, autrement dit la glycémie. Avec le risque de développer un diabète de type 2 et son lot de complications (AVC, cécité, insuffisance rénale…).

Il a des vertus purifiantes

Au pays du Soleil-Levant, il n’est pas rare de le croiser dans une assiette détox destinée à purifier le système intestinal. Sa texture de gel un peu collante absorbe en effet les toxines qui siègent dans l’intestin et les élimine en facilitant l’évacuation du bol alimentaire. En parallèle, son effet prébiotique est une aubaine pour nourrir les bonnes bactéries colonisant l’intestin. Détoxifié et régénéré, ce dernier peut alors fonctionner de façon optimale.

Konjac : avant ou pendant le repas ?

C’est au rayon asiatique ou diététique des supermarchés que vous trouverez du konjak. Pour le déguster et profiter de ses bienfaits, vous pouvez découper le bloc de konjac (konnyaku) comme du tofu ferme avant de l’associer à une bolognaise végétale, une soupe de légumes ou des crudités. Les shirataki (nouilles) se préparent comme les pâtes, avec la sauce de votre choix, de la ratatouille, un peu de pesto… En revanche, dans une visée coupe-faim, mieux vaut l’acheter en gélules (pharmacie ou magasin bio) et en avaler une à deux avec un grand verre d’eau, vingt à trente minutes avant les deux principaux repas.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s