Omicron: l’efficacité d’une troisième dose Pfizer déclinerait à 45% dès dix semaines, selon l’agence sanitaire britannique

Article publié sur figaro.fr

Une étude de l’UK Health Security Agency rapporte que l’efficacité de la dose de rappel du laboratoire déclinerait pour les formes symptomatiques.

Le variant Omicron, qui se propage à une vitesse galopante, met à mal l’efficacité des vaccins. C’est en tout cas le constat qui se dégage de plusieurs études réalisées notamment en Afrique du Sud et au Royaume-Uni. En fin de semaine dernière, l’agence sanitaire britannique (UK Health Security Agency) a ainsi indiqué dans une analyse – qui se veut prudente – que l’efficacité de la troisième dose (ou booster) décline près de dix semaines après l’injection.

Dans le détail, l’étude britannique suggère qu’un schéma vaccinal à trois doses réalisé uniquement avec des doses Pfizer-BioNTech confère une protection de 70% contre les formes symptomatiques du coronavirus liées au variant Omicron. Mais cette immunité décline rapidement par la suite. Ainsi, cette protection n’est plus que de 45% au bout de dix semaines, selon les données de l’étude.

La donne est différente pour les patients qui ont reçu des doses provenant d’autres laboratoires, ou un «mélange». Pour les patients qui ont d’abord eu un vaccin AstraZeneca, puis un rappel Moderna ou Pfizer-BioNTech, la protection au bout de dix semaines serait respectivement de 45% et de 35%.

Dans le détail, l’étude britannique suggère qu’un schéma vaccinal à trois doses réalisé uniquement avec des doses Pfizer-BioNTech confère une protection de 70% contre les formes symptomatiques du coronavirus liées au variant Omicron. Mais cette immunité décline rapidement par la suite. Ainsi, cette protection n’est plus que de 45% au bout de dix semaines, selon les données de l’étude.

La donne est différente pour les patients qui ont reçu des doses provenant d’autres laboratoires, ou un «mélange». Pour les patients qui ont d’abord eu un vaccin AstraZeneca, puis un rappel Moderna ou Pfizer-BioNTech, la protection au bout de dix semaines serait respectivement de 45% et de 35%.

Protection contre les formes graves

Les résultats de cette étude sont à examiner avec précaution, comme le souligne l’agence sanitaire britannique, qui met en garde contre de possibles biais liés au profil des personnes infectées par Omicron. En outre, l’échantillon examiné dans le cadre de cette étude est relativement limité, puisqu’il est composé de 147.587 cas de variant Delta et de 68.489 cas de variant Omicron.

es résultats s’ajoutent malgré tout à un ensemble d’études publié ces dernières semaines et qui posent la question de l’efficacité du vaccin face à ce variant. Ainsi, selon une analyse de données de vie réelle publiée le mardi 14 décembre par un groupe d’assurance de santé sud-africaine, la protection contre les contaminations liées au nouveau variant chuterait au fil du temps pour atteindre 30% dans le cadre d’un schéma réalisé avec deux doses (seulement) de vaccin Pfizer-BioNTech.

En revanche, cette étude constate une efficacité contre les formes graves (70%). Elle est en cela confortée par l’analyse publiée par l’agence de sécurité sanitaire britannique, qui estime que les personnes contaminées par Omicron ont entre 50 et 70% moins de chances d’être hospitalisés.

Mais là encore, il faut examiner les résultats avec prudence, puisque comme le souligne l’agence, l’analyse reste «hautement incertaine à cause du faible nombre des malades atteints par Omicron actuellement à l’hôpital, l’impossibilité de mesurer effectivement toutes les infections précédentes et la propagation limitée d’Omicron parmi les groupes les plus âgés».

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s