Réouvertures : dix terrasses gourmandes qui font oublier Paris

Article publié sur lefigaro.fr

Parce que le rêve va bientôt (re)devenir réalité, voici les meilleures adresses où déjeuner et dîner dans la capitale d’ici l’été. Des trois tables d’auteur sur un bout de trottoir au jardin caché au cœur d’un palace, le plaisir à partager sera sans modération dès le 19 mai.

Brasserie Grand Cœur : pour les amoureux

Trouver une grande terrasse dans le quartier historique du Marais peut sembler un vœu pieux… Et pourtant il suffit de passer le porche du centre de danse du quartier pour découvrir une splendide cour pavée occupée en partie par le restaurant Grand Cœur. Portée par le chef Mauro Colagreco (triplement étoilé pour le Mirazur à Menton), Grand Cœur sert une cuisine d’auteur et de saison irréprochable. On prend le temps de déguster un ceviche de daurade au lait d’amande, un coquelet avec ses carottes fumées sarrazin et basilic en écoutant la musique qui s’échappe des cours de danse du soir de l’autre côté de la cour.

Terrasse : 70 places, réservation conseillée.

Budget : comptez une soixantaine d’euros par personne.

Grand Cœur, 41 rue du Temple, 75004 Paris. Tél. : 01 58 28 18 90.

Pouliche : pour les amateurs de simplicité sans fausse note

La cheffe Amandine Chaignot a aiguisé ses couteaux dans les cuisines de Jean-François Piège, Yannick Alléno ou encore Eric Fréchon. Benedetta Chiala

«Chaleur, bonheur, cuisine au beurre», en terrasse aussi la devise du restaurant d’Amandine Chaignot ne ment pas. Après avoir mis de côté des études de pharmacie pour intégrer Ferrandi, la cheffe a aiguisé ses couteaux dans les cuisines de Jean-François Piège, Yannick Alléno ou encore Eric Fréchon. Chez elle, elle n’en fait enfin qu’à sa tête. Résultat : des assiettes intuitives qui évoluent au fil de ses envies. Pour l’ouverture 2021, on retrouve avec plaisir les asperges vertes rôties et la fameuse galette aux noisettes huile d’olive.

Le petit plus : le mercredi, c’est veggie!

Terrasse : 25 places assises, pas de réservations, ouvert midi et soir, 7/7j.

Budget : le menu du midi est à 25 €, le soir 55 €.

Pouliche, 11 rue d’Enghien, 75010 Paris. Tél. : 01 45 89 07 56.

Le Comptoir du Relais Saint Germain : pour les bistronomes aguerris

On réserve pour savourer la cuisine bistronomique de haute volée qui nous a tant manqué. Photo presse / Le Comptoir du Relais Saint-Germain

Yves Camdeborde, chef passionné et passionnant, rouvre sa terrasse version XXL sur le Carrefour de l’Odéon. Esprit germanopratin, ambiance bistrot, le tout arrosé d’un sacré bon caractère. On réserve pour savourer la cuisine bistronomique de haute volée qui nous a tant manqué : asperges vertes-verveine, noix de cajou-mozza, carpaccio de magret-petit pois-Granny Smith et pour finir en beauté, le flan d’après la recette de la grand-mère du chef.

Le petit plus : l’hôtel au-dessus du restaurant rouvre lui aussi ses portes. L’occasion de tester la suite au total look rive gauche et son petit déjeuner en terrasse, version toits de Paris.

Terrasse : 50 places, pas de réservation, service continu de midi à 21 heures.

Budget : comptez 50 € par personne, 22 € le dos de cabillaud croustillant, bouillon petit pois hibiscus, fraise, coriandre.

Le Comptoir du Relais Saint-Germain, 9, carrefour de l’Odéon, 75006, Paris. Tél. : 01 44 27 07 97.

La Réserve : pour les épicuriens de palace

La table voyageuse La Pagode de Cos, du chef breton Jérôme Banctel. Julie Limont

À deux pas des Champs-Élysées se cachent les terrasses de La Réserve. Si le restaurant étoilé du palace, Le Gabriel, attend juin pour ouvrir, le chef breton Jérôme Banctel reprend du service avec sa table voyageuse, la Pagode de Cos. Service jeune et décontracté, version cinq-étoiles, en terrasse, avec des plats inspirés des cuisines du monde entier. Au menu, des artichauts au pesto de roquette et pignons, un curry vegan à la mangue, un bar côtier au fenouil, une volaille aux girolles, un baba au rhum à partager, légèrement parfumé au poivre de Madagascar.

Terrasse : 80 places assises dont une partie couverte, réservation conseillée, service continu.

Budget : environ 80 € par personne sans les boissons, 54 € l’agneau confit Jemaa El-Fna.

La Réserve, 42 av Gabriel, 75008 Paris. Tél. : 01 58 36 60 50.

Qasti : pour les amoureux de cuisine levantine

Le bistrot Qasti, une table libanaise à Paris. Photo presse / Qasti

Les bistrots de chefs sont souvent la meilleure option pour bien manger en toute simplicité… Le bistrot Qasti, seconde table d’Alan Geaam confirme la règle. Post-confinement, la cuisine à partager du chef libanais fait mouche. Dans une ambiance décontractée, sur la petite terrasse, on pioche dans les brochettes de keftas avec des petites pommes de terre grenaille, un chawarma poulet ou veau avec des pickles punchy et du sumac. L’agneau est accompagné de freekeh, un blé vert fumé aux épices et fruits secs à essayer. Pour le dessert, le baklava déstructuré est un délice bien pensé.

Terrasse : 40 places, réservations acceptées.

Budget : comptez une quarantaine d’euros par personne, 16 € la grande assiette végétarienne de mezzés libanais.

Qasti, 20, rue Saint-Martin, 75003 Paris. Tél. : 01 42 76 04 32.

Le Bistrot Flaubert : pour les fondus du zinc

Le Bistrot Flaubert, où officie le jeune chef coréen Sukwon Yong. Photo presse / Bistrot Flaubert

Un vrai bistrot dans son jus, avec en cuisine depuis septembre dernier Sukwon Yong. Passé par Ze Kitchen Galerie et La Maison Rostang, le jeune chef coréen sait tenir une assiette tout en s’amusant. Garant de l’esprit bistrotier parisien, il lui fait néanmoins faire des détours asiatiques avec brio. Goûtez le tartare de bœuf façon asiatique et chips de riz, les conchiglioni au caviar d’aubergine, le bar en tranches sésame noir, vierge d’échalote, kimchi et papaye. Les desserts sont exécutés par le chef pâtissier de La Maison Rostang, deux étoiles et même patron : crème brûlée, petit pot de chocolat maison ou encore cerise glacée au porto et glace vanille.

Terrasse : 42 places assises, réservations conseillées.

Budget : 29 € le menu du midi, 26 € le thon blanc et crème de courgette, aïoli au wasabi et kimchi.

Bistrot Flaubert, 10 rue Gustave Flaubert, 75017 Paris. Tél. : 01 42 67 05 81.

Le Garde Manger : pour les Italian lovers

Une terrasse de poche aux chaises et tables jaune peps. Photo presse / Le Garde Manger

Une terrasse de poche aux chaises et tables jaune punchy comme la chef du Garde Manger, Laura Portelli. La jeune femme d’origine italienne travaille sur le pouce des produits de petits producteurs triés sur le volet. Ligne directrice : le souvenir de la cuisine italienne de sa mère. Au programme de cette réouverture : des asperges étuvées à l’oseille, des polpettes comme à Venise, un tiramisu des familles et la joie de vivre de Laura.

Le petit plus : la chef partage sa terrasse avec le restaurant de son mari Christophe Saintagne, Papillon. Chacun choisit.

Terrasse : 25 places assises, réservation obligatoire, service continu.

Budget : comptez 25 € par personne.

Le Garde Manger, 8 Rue Meissonier 75017 Paris. Tél. : 09 67 12 81 88.

Blueberry : pour les dents de la mer

De confortables fauteuils, parfaits pour déguster des sushis, sashimis et chirashis artisanaux. Photo presse / Blueberry

Le bar à maki parisien de haute volée ouvre sa terrasse couverte en cas d’intempéries. Les confortables fauteuils sont parfaits pour déguster des sushis, des sashimis et des chirashis artisanaux ultra-frais. On adore les «little miss kiwi», des makis au saumon, kiwi et fruits de saison à l’acidulé parfait. En règle générale, les assaisonnements, osés sur le papier, sont tous d’une rigueur et d’une inventivité sans fausse note. Côté boisson, misez sur le saké non filtré Nigori Junmai qui enrobe le palais entre deux sushis. Le tiramisu au sésame noir, d’aspect gris et mousseux, est un trésor de gourmandise inattendu pour terminer le voyage en beauté.

Terrasse : 40 places, couvertes par temps pluvieux, réservation conseillée.

Budget : comptez une quarantaine d’euros par personne, 15 € le Shisho Bomb, 6 makis saumon avocat shiso radis jaune shisho violet nori.

Blueberry, 6 rue du Sabot, 75006 Paris. Tél. : 01 42 22 21 56.

Cali Sisters : pour les bandes de copains

Comme à L.A. en plein quartier de la Bourse. Photo presse / Cali Sisters

À quelques mètres de la place de la Bourse, le bleu de la mer, les palmiers et les coussins tie & dye : tout y est, comme à L.A. On s’assoit entre amis pour partager des tacos minute au poulet fermier, oignon rouge, feta et maïs, des gnudis (gnocchis version aérienne), des meatballs de bœuf en cocotte, en sirotant un Moscow Mule à la rhubarbe. Le week-end, c’est brunch pour tous avec des pancakes, des gaufres, un granola…

Le petit plus : pour plus de terrasse version L.A, Cali Uptown, seconde adresse, ouvrira avant l’été dans le 10e.

Terrasse : 40 places assises, réservations conseillées.

Budget : comptez une quarantaine d’euros par personne, 18 € les ribs de cochon caramélisés.

Cali Sisters, 17, rue Notre Dame des Victoires, 75002 Paris. Tél. : 06 72 48 76 28.

L’hôtel particulier Montmartre : pour les nostalgiques des déjeuners de famille

Une terrasse dans un jardin luxuriant en plein Montmartre, dépaysement garanti. Photo presse / Hôtel particulier Montmartre

Au cœur de Montmartre, se cachent un hôtel particulier et son jardin luxuriant. Dans cet écrin bohème chic, on oublie la capitale en un instant. Pas de grand chef ici, mais une cuisine honnête qui mise sur la qualité des produits comme les charcuteries basques d’Eric Ospital et le pain du boulanger Frédéric Lalos. Pour un déjeuner comme un dimanche, version maison de famille bourgeoise, misez sur l’œuf à la coque, la sole meunière à la purée de ratte du Touquet et la coupe de fraises et chantilly à partager.

Terrasse : 80 places, réservation recommandée.

Budget : 38 € le menu du midi.

Hôtel particulier Montmartre, 23 av Junot, 75018 Paris. Tél. : 01 53 41 81 40.

Forest : pour les branchés au vert

Sur la terrasse du MAM et son bar monolithique en béton, on s’attable non loin de la tour Eiffel. Photo presse / Forest

Le jeune et talentueux chef Julien Sebbag frappe fort à nouveau. Après Tortuga, Créatures et le restaurant du Bus Palladium, il pose ses casseroles au Musée d’Art Moderne. Sur la terrasse du MAM et son bar monolithique en béton, on s’attable non loin de la tour Eiffel, quelque part entre Rome et Mexico, à l’ombre des graminées et de la pampa. Dans l’assiette, le chef se lance un nouveau défi : une carte locavore au maximum où absolument tout est transformé maison. On attend avec impatience les pleurotes flambés servis avec des pickles de rhubarbe et de l’huile de persil ainsi que la salade d’asperges et petits pois à la feta marinée au cumin et à la coriandre… Le soleil n’est pas loin.

Terrasse : 160 places, réservations possibles, ouverture le 24 mai, 7/7j.

Budget : comptez une trentaine d’euros par personne le midi,

Forest Paris. 11 Avenue du Président Wilson, 75016 Paris. Tél. : 01 84 25 12 22.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s