Marseille : les plus belles randonnées avec vue autour de la cité phocéenne

Article publié sur lefigaro.fr

Les douces températures du printemps et les premières couleurs de la garrigue invitent à la marche contemplative. Des falaises des calanques aux crêtes de la Sainte-Baume, voici nos cinq balades préférées avec des panoramas étourdissants.

De l’archipel du Frioul, vue sur le château d’If où plane l’ombre d’Edmond Dantès. Edwige Lamy

La plus iodée : sur l’archipel du Frioul

Cap sur les îles Ratonneau et Pomègues au large de Marseille. Depuis le Vieux-Port, on embarque sur une des navettes maritimes qui traversent la rade d’un bleu étincelant. On admire la basilique Notre-Dame-de-la-Garde qui jaillit de la ville enchâssée dans les collines, l’île d’If et son château où plane l’ombre d’Edmond Dantès. Après l’accostage au port du Frioul, le chemin sillonne entre les arêtes calcaires de l’archipel en pierre sèche qui s’étire sur près de 5 km.

Hachées de petits vallons, de criques et de pointes qui s’évanouissent dans la mer, les îles Ratonneau et Pomègues, reliées par une digue, esquissent un décor lunaire et aride où s’est adaptée une végétation halophile. Au printemps, l’astragale de Marseille et le lis des sables fleurissent dans les failles des rochers. Leurs notes jaunes et blanches réjouissent le regard des marcheurs bercés par le ricanement des goélands leucophées, seigneurs de ces îles.

En pratique : une double boucle d’un total d’environ 8 km. Niveau facile. Dénivelé quasi nul.

Carte IGN : 3145 ET Marseille/Les Calanques

La plus picturale : la montagne Sainte-Victoire

La montagne Sainte-Victoire, muse de Cézanne et des marcheurs. Sophie Spiteri

Le monument de pierre vénéré par Cézanne n’en finit pas d’hypnotiser les marcheurs. On l’aborde par le sud pour se délecter de son plissé majestueux. Depuis le parking de Deux Aiguilles, près de la maison de Sainte-Victoire, un sentier de terre rouge se faufile à travers la garrigue, au pied de la montagne. En marchant vers l’ouest, les yeux rivés sur les volutes de pierres, on aperçoit bientôt La Croix de Provence, objectif de la randonnée. Le paysage semble s’entrouvrir alors que l’on distingue les douces crêtes des Costes Chaudes parcourues par le célèbre sentier Imoucha. On le rejoint par le Pas de l’Escalette peu avant d’arriver au Prieuré de Sainte-Victoire, lové entre les rochers à 900 mètres. Sur le site d’un sanctuaire du XIIIe siècle, voilà une chapelle et un refuge non gardé propices au recueillement. La Croix de Provence n’est plus très loin. À 946 mètres, le site offre par temps clair une vision à 360°, des Alpes au Luberon, des Alpilles à la Sainte-Baume, sous une brise légère.

En pratique : environ 7 km. Niveau moyen. Dénivelé : 600 mètres.

Carte IGN de loisir en plein air, Montagne Sainte-Victoire, massif de Concors, grand site de France.

La plus littorale : sur la côte Bleue

Cistes, genêts et chênes kermès habillent de vert la côte Bleue. P. Aguilar / Provence Tourisme

À l’abri du mistral, la côte à l’ouest de Marseille, entre le quartier de l’Estaque et la commune de Carro, est un secret bien gardé. Ciselée de criques et de petits ports de pêche, elle révèle un relief moins vertigineux que celui des calanques mais un charme certain et une fréquentation plus confidentielle. Au départ de Niolon, un sentier en balcon au-dessus de l’eau joue les montagnes russes face à la baie de la cité phocéenne où surgissent les îles du Frioul. Cistes, genêts et chênes kermès ponctuent l’itinéraire tout comme quelques viaducs empruntés par le train régional. Pour une baignade ou une pause pique-nique, on choisit l’irrésistible calanque de l’Erevine et ses galets blancs qui claquent sur une eau couleur cyan. Plus loin, les pins penchés et la roche ocre annoncent le petit port de Méjean. La balade s’achève à Ensuès-La Redonne aux eaux émeraude. Notre conseil ? Grimper dans le train en gare de Marseille, descendre à Niolon et repartir de La Redonne pour éviter une marche retour et contempler une dernière fois la rade de Marseille.

En pratique : 7 km. Niveau facile (éviter d’emmener les enfants compte tenu de la verticalité de certains passages). Dénivelé faible.

Carte IGN : 3145 ET Marseille/Les Calanques

La plus vertigineuse : sur les falaises du Devenson

Les falaises du Devenson, ces longues parois verticales qui plongent brutalement dans les eaux turquoise. Helios Images / R. Grunchec / Provence Tourisme

Pour les marcheurs aguerris, voilà une randonnée qui pénètre au cœur du parc national des calanques entre Marseille et Cassis, sur un itinéraire relativement peu visité. L’itinéraire débute au col de la Gineste, dévoilant la grandeur des couches rocheuses qui strient le mont Puget et au loin, la ville et sa baie. Les plus beaux panoramas surgissent après une courte mais raide ascension vers le cap Gros. À l’ouest, le cap Canaille et ses falaises ocre dominant la baie de Cassis ; à l’est, l’archipel de Riou dont les îles évoquent des vaisseaux de pierre flottant sur la mer. Bientôt le sentier serpente sur les grandes dalles agrippées au sommet des falaises du Devenson, longues parois verticales qui plongent brutalement dans les eaux turquoise. La garrigue en fleurs distille le parfum enivrant des cistes et du romarin. Le sentier s’enfouit ensuite dans un vallon de chênes verts avant de remonter à flanc de colline dans l’intérieur du massif ménageant de nouveaux points de vue sur les falaises et la Méditerranée.

En pratique : environ 14 km. Niveau difficile (à réserver aux adultes compte tenu de la hauteur des falaises). Dénivelé : 1000 mètres.

Carte IGN de loisirs en plein air Les calanques de Marseille à Cassis.

La plus sacrée : le massif de la Sainte-Baume

Le site reculé a toujours cultivé un certain mystère. Provence Verte

Les randonneurs locaux le savent, les bois sombres au pied de la Sainte-Baume, reliques d’une forêt ancienne, conservent la fraîcheur et abritaient autrefois des glacières naturelles. Le site reculé a surtout toujours cultivé un certain mystère. C’est dans une grotte (baume en provençal) creusée dans la barre rocheuse qu’aurait vécu Marie Madeleine après avoir débarqué aux Saintes-Maries-de-la-Mer en Camargue. Ce haut lieu de pèlerinage suspendu au milieu de la falaise abrupte est l’une des étapes phares de la marche qui démarre à l’Hôtellerie des frères dominicains pour rejoindre les crêtes de la Sainte-Baume, longue de douze kilomètres. Sur le flanc nord de la montagne, on grimpe à l’ombre des chênes pubescents et des chênes verts, de quelques hêtres et de pins d’Alep. Le Pas de la Cabre propulse sur le sommet baigné de lumière, sculpté de grandes plaques calcaires érodées. De là-haut se révèlent quelques totems naturels de la Provence. La vague pétrifiée de la Sainte-Victoire et les contreforts des Alpes au Nord ; le Garlaban de Pagnol à l’Ouest ; le Bec de l’Aigle au sud, rocher ocre signalant la baie de La Ciotat. Le sentier baguenaude sur les crêtes entraînant le marcheur vers la chapelle du Saint-Pilon, petite construction carrée perchée à 994 mètres. On peut redescendre en empruntant le col du Saint-Pilon ou poursuivre sur l’arête pour faire une boucle et tutoyer le ciel plus longuement.

En pratique : environ 10 km (si redescente par le col du Pilon). Niveau moyen. Dénivelé : 500 mètres.

Carte IGN : 3245 ET Aubagne/La Ciotat/massif de la Sainte-Baume

Carnet de route

Y ALLER

En voiture ou en train. Dans ce dernier cas, arriver à Aix-en-Provence-TGV ou Marseille dont les gares disposent d’agences de location de véhicules.

QUAND PARTIR

Au printemps pour contempler l’éveil de la nature ou à l’automne, quand les températures sont plus douces. En été, l’accès aux massifs est réglementé en raison des risques d’incendies. Se renseigner la veille, à partir de 18 h, sur myprovencebalade.fr ou au 08 11 20 13 13.

OÙ DORMIR

L’hôtel 96. À Marseille, à l’entrée du Parc national des calanques, cette adresse familiale propose 15 chambres décorées avec style, disposées autour d’un agréable jardin avec piscine et d’un grand platane. Petits-déjeuners soignés, bio et faits maison. À partir de 89€ la chambre double (petit déjeuner non inclus à 14€).
Hôtel 96, 96 Avenue de la Soude 13009 Marseille. Tél. : 04 91 71 90 22.

BONNES TABLES

Le Château. Une valeur sûre dans la calanque de Sormiou, à Marseille, avec une vue exceptionnelle sur la mer et une belle carte de produits de la mer. Ouvert du 1er week-end d’avril au dernier week-end de septembre. Menu à partir de 28€.
Le Château, Chemin de Sormiou, 13009 Marseille. Tél. : 04 91 25 08 69.

L’hôtel La Magdeleine. Une adresse gastronomique à Gémenos, au pied de la Sainte-Baume. Le généreux chef étoilé Mathias Dandine y rend hommage aux saveurs du terroir provençal dans un cadre champêtre. Menu à partir de 28€.
La Magdeleine, 3 Rond-point des Charrons, 13420 Gémenos. Tél. : 04 42 32 20 16.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s