Vaccin : les Etats-Unis donnent la priorité à J & J au détriment d’AstraZeneca

Article publié sur lesechos.fr

Le groupe anglo-suédois a été prié de laisser l’intégralité des capacités de production du site de Emergent BioSolution à Baltimore à J & J. Un désaveu supplémentaire alors qu’il attend toujours le feu vert des autorités américaines

Une vraie claque. Non seulement le vaccin d’AstraZeneca attend toujours son autorisation par les autorités de santé américaines mais voilà qu’elles ont demandé au laboratoire anglo-suédois de transférer sa production hors du site d’Emergent BioSolution à Baltimore (Maryland) qui en assurait le flaconnage ainsi que celui de Johnson & Johnson (J & J) car le site doit pouvoir être exclusivement dédié au vaccin de son concurrent. La raison de cette expulsion n’a rien à voir avec AstraZeneca mais en dit long sur les priorités du gouvernement américain.

Mélange de vaccins

En cause, la perte de 15 millions de doses du vaccin J & J il y a quelques semaines, à la suite d’une « erreur humaine ». Les deux vaccins ont en effet été mélangés par un personnel formé à la hâte, selon l’inspection de la Food and Drug Administration. Alors que l’administration Biden mène une course de vitesse pour le contrôle de l’épidémie, elle ne peut se permettre le moindre problème de production. Bien qu’Emergent BioSolutions ait resserré les vis, le gouvernement ne veut prendre aucun risque et un responsable de J & J a été dépêché sur place. Cette décision renforce cependant l’impression selon laquelle les Etats-Unis pourraient décider de se passer complètement du vaccin AstraZeneca.

Jeudi, aux Etats-Unis, Anthony Fauci, principal conseiller à la Maison-Blanche sur la lutte contre le Covid-19, avait déclaré que le pays pourrait ne pas avoir besoin du vaccin d’AstraZeneca même s’il obtient l’approbation des autorités américaines. « Mon sentiment est que, compte tenu des contrats que nous avons avec les autres laboratoires, nous devrions avoir suffisamment de vaccins pour satisfaire nos besoins sans faire appel à AstraZeneca », avait-il expliqué à l’agence Reuters, citant notamment les livraisons attendues de Novavax, de Moderna et de Johnson & Johnson.

Mouton noir

Ce vaccin de J & J auquel le gouvernement américain veut donner la priorité, utilise la même technologie qu’AstraZeneca. Il peut lui aussi être conservé dans un réfrigérateur. Mais il ne nécessite qu’une seule injection. Sans compter le crédit de confiance dont il bénéficie de manière un peu irrationnelle comparé au vaccin AstraZeneca, décidément vu comme le mouton noir.

En raison de son discrédit il n’est pas certain non plus que ce vaccin AstraZeneca ait une carrière commerciale reluisante à l’issue de la période de pandémie, date à laquelle AstraZeneca envisageait de poursuivre sa commercialisation, cette fois, avec une marge. Et puis un autre obstacle pourrait également nuire à son éventuelle carrière : la multiplication des variants contre lesquels il pourrait devenir inefficace même s’il a su triompher du variant britannique. Déjà, il ne protège pas du variant sud Africain, et moins contre le variant brésilien. AstraZeneca aura-t-il envie de se lancer dans une version mieux adaptée aux nouveaux variants et si oui, auxquels ?

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s