Pâques : les significations et symboles de cette fête

Article publié sur geo.fr

Fête importante du christianisme, Pâques commémore la Résurrection du Christ. Elle est chaque année célébrée un dimanche. On vous en dit plus sur cette fête héritée de la Pâque juive, précédée par la Semaine sainte.

@Pixabay

En 2021, Pâques sera célébrée par les chrétiens le dimanche 4 avril, tandis que l’an dernier, c’était le 12 avril. Pourquoi ces dates variables ? Parce que Pâques est célébrée chaque année le dimanche suivant la pleine lune de printemps. L’équinoxe de printemps a lieu le 21 mars, ce qui implique que Pâques a lieu au plus tôt le 22 mars, au plus tard le 25 avril.

Avant Pâques s’écoulent quarante jours qui sont appelés « Carême », une période qui s’étend du lendemain de mardi gras – le mercredi des cendres – au dimanche pascal. Ces quarante jours, qui représentent les quarante jours de Jésus dans le désert de Judée, sont traditionnellement consacrés au jeûne, à la prière et au partage. La semaine avant le dimanche de Pâques est appelée « semaine sainte », et débute par le dimanche des Rameaux. Le Jeudi Saint représente le dernier repas du Christ avec ses apôtres – la Cène – tandis que le Vendredi Saint est celui de la « Passion du Christ », sa crucifixion.

Pâques correspond au « troisième jour », durant lequel le Christ est, pour les chrétiens, ressuscité.

Quelle différence entre la Pâque juive, Pessa’h, et la Pâques chez les chrétiens ?

Il faut toutefois différencier la Pâque juive de Pâques, fête chrétienne, même si les deux sont liées. Les racines étymologiques du mot « Pâque » évoquent la notion de passage. En effet, la Pâque – Pessa’h en hébreu – est une fête juive qui commémore l’exode du peuple juif d’Égypte, libéré de l’esclavage par Moïse en traversant la mer Rouge.

La Pâques chrétienne – avec un « s » – commémore quant à elle la Résurrection du Christ crucifié, le passage de la mort à la vie. Dans les églises chrétiennes, on symbolise Pâques par les couleurs blanche et dorée, qui évoquent la lumière. Pourtant, d’autres attributs sont souvent associés à la fête de Pâques.

Cloches, oeufs de Pâques et agneau pascal

Parmi les symboles de Pâques dans l’imaginaire collectif, les plus importants sont les cloches, qui apportent les œufs de Pâques, et l’agneau pascal, que l’on est censé déguster lors du dimanche pascal. Mais d’où viennent ces traditions ? Dès l’Antiquité, il s’avère que l’on avait pour coutume de s’offrir des œufs, qui étaient peints, pour célébrer l’arrivée du printemps. Une autre explication remonte au Moyen-Âge : c’est à cette période que l’Eglise décide d’interdire la consommation d’œufs pendant le Carême. Les œufs pondus pendant ces quarante jours étaient alors conservés jusqu’à la fête de Pâques, lors de laquelle ils étaient donc très nombreux. Ces derniers se sont transformés en œufs chocolatés à partir du XIXe siècle.

Dans son livre Le Chocolat et son histoire (éd. Archives & Culture), l’autrice Elisabeth de Contenson explique qu’on a d’abord vu apparaître des œufs percés d’un côté, vidés et remplis de chocolat. Après les années 1830, « grâce au développement des techniques de travail de la pâte de cacao (dont les progrès sont considérables) et surtout grâce à l’apparition et à la diversification des moules (en cuivre ou en fer étamé) », des chocolats de toutes les formes apparaissent. Selon la tradition, les œufs sont amenés chaque année par les cloches en France, car celles-ci s’arrêtent de sonner à partir du Jeudi Saint, en signe de deuil, et se remettent à sonner dès le dimanche de Pâques. C’est ce jour-là qu’elles apportent les œufs en chocolat. Dans certaines régions de l’Est et en Allemagne, c’est plutôt un lapin, qui a d’ailleurs traversé l’Atlantique – on parle aux Etats-Unis de l’« Easter bunny ».

La tradition de l’agneau pascal est quant à elle directement tirée de la religion. Dans la Bible, Jésus est plusieurs fois désigné comme un agneau, considéré dans la tradition juive comme un innocent sacrifié pour racheter les péchés des hommes. En effet, avant la traversée de la mer Rouge, les Hébreux reçurent comme consigne de sacrifier des agneaux à Dieu, et d’enduire les portes des maisons du sang de l’animal sacrifié en guise de protection.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s