Balade à la journée dans les villages de l’Entre-deux-Mers

Vue depuis la forteresse médiévale sur le village de Langoiran

LANGOIRAN: le Château (forteresse médiévale)

Basse-cour du Château

La Chapelle et vue depuis la Chapelle

La seigneurie de Langoiran a été un des éléments les plus prestigieux et les plus puissants du duché d’Aquitaine. Elle a été mêlée aux luttes entre les Rois d’Angleterre et e France. Construit par Bernard d’Escossan à la fin du XIIIe siècle, le château passe au XIVe siècle entre les mains de la famille d’Albret puis par mariage dans celles des Montferrand. Personnages importants, les seigneurs de Langoiran seront Chambellan du roi avec Montferrand au XVe siècle, Président du Parlement de Bordeaux avec Guillaume d’Affis au début du XVIIe siècle ou Grand Amiral des galères sous Louis XIV. Détruit durant la Fronde en 1650 le château tombe en ruine pour des siècles. Classé Monument Historique, sa restauration et son animation ont commencé en 1972 grâce à l’Association des Amis du Château.

RIONS: Cité médiévale

Photo : Rions – Source : David Souny, guide conférencier à Histoires de Pierres

De mémoire de pierres…

Ou la grande histoire d’un petit joyau Rions passe pour être l’une des plus anciennes villes d’Aquitaine. La proximité du fleuve, les nombreuses sources et la configuration du site, tout semble indiquer une occupation des lieux depuis des temps immémoriaux. Des tessons de céramiques datant du Premier Âge du Fer, trouvés sous le lieu d’implantation de l’église atteste d’une occupation protohistorique du site.

A l’époque romaine,

de luxueuses villas tournées vers le fleuve occupent les premiers coteaux de Garonne. Rions est alors connue sous le nom d’Aquita et vraisemblablement élevée au rang de capitale. Une tête de marbre semblant représenter le visage de l’empereur Commode (180-192) ou celui d’un aristocrate local est insérée à la clef d’une fenêtre du collatéral sud de l’église. Cette sculpture provient certainement d’une demeure  aristocratique de cette époque.
De la villa Ryuncium (signifiant « bâti sur le roc ») est né le castrum et autour du château, les premières fortifications. Plus tard, les Seguin, héritiers du Comte Seguin, lieutenant de Charles le Chauve et seigneurs de Rions, fidèles aux souverains capétiens lui offrirent un rôle important. Les remparts de la
ville seront achevés en 1253 et ce sera une cité animée qui verra le jour. Foires, commerces, magnifiques jardins, tout concourt à sa renommée.

Rions devient contrée anglo-gasconne après le mariage en seconde noces d’Aliénor d’Aquitaine avec Henri de Plantagenêt.

Après trente années de prospérité, grâce notamment au fleuve permettant des échanges commerciaux florissants avec Bordeaux, la ville est conquise en 1285, rasée et ses remparts démantelés suite à la bataille avec Charles de Valois, frère de Philipe Le Bel.

Dès le début du XIVème siècle, Rions relève ses défenses avec l’autorisation du roi d’Angleterre.

Suite à la bataille de Castillon, en 1453, la cité redevient française après trois siècles d’appartenance anglaise.

L’activité portuaire et fluviale est stimulée avec le commerce du vin, des pastels et de la pierre par les différents seigneurs depuis la famille d’Albret jusqu’au XVIIème siècle, puis jusqu’à la révolution française avec notamment la famille Sallegourde.

Au XIXème siècle,

les moyens de transport modernes et l’envasement progressif du bras de Garonne ralentissent l’activité économique de la cité.Dès 1862, l’archéologue Léo Drouyn et le rapport du Marquis de Castelnau permettent le classement de l’enceinte fortifiée au titre des Monuments Historiques sans pouvoir éviter les destructions volontaires comme celle de la porte de Lavidon ou de la Tour de Ségur. C’est ainsi que dès le milieu du XIXème, des travaux d’alignement ont déjà beaucoup modifié la physionomie du Rions Médiéval.

@Texte : http://rions.fr/tourisme-et-decouvertes/les-bonnes-adresses/

CADILLAC

Le Château de Cadillac

@http://www.chateau-cadillac.fr/

Le château de Cadillac incarne la toute-puissance de Jean Louis de Nogaret de La Valette, premier duc d”Épernon. Ce cadet de Gascogne, devenu l’un des favoris d’’Henri III, amassa honneurs et richesses, avant de mourir en disgrâce sous le règne de Louis XIII.
Édifiée au début du XVIIe siècle, la résidence ducale constitue l’un des premiers exemples d’architecture à la française. De son riche décor intérieur subsistent quelques vestiges de lambris et de plafonds peints ainsi que de somptueuses cheminées monumentales de marbre et de pierre sculptée.
Fortement marquée par plus de cent ans d’occupation carcérale, du début du XIXe siècle aux années 1950, cette demeure continue néanmoins d’illustrer avec éclat la devise du duc d’Épernon : Adversis clarius ardet « C’est dans l’adversité qu’il brille le plus. »

@http://www.editions-du-patrimoine.fr/Librairie/Itineraires/Le-chateau-de-Cadillac

VERDELAIS

Le Château de Benauge à ARBIS

Situé à 8 km au nord de Cadillac, l’imposant château de Benauge présente un système défensif médiéval qui reflète, par son état de conservation, une volonté affirmée de sauvegarde du patrimoine. Il fut l’un des plus importants de la région et son histoire est étroitement liée à celle de l’Aquitaine, anglaise puis française. Aujourd’hui, il impressionne encore par sa beauté et sa puissance.

http://www.benauge.fr/pages/video

Château Malromé à SAINT-ANDRE-DU-BOIS: la demeure familiale de Toulouse-Lautrec

https://www.malrome.com/

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s