Covid-19 : le Conseil scientifique avait préconisé un confinement strict pour le mois de février

Article publié sur lefigaro.fr

Dans une note rédigée le 29 janvier dernier et publiée mercredi, le Conseil scientifique recommande un confinement de quatre semaines face au risque des variants de Covid-19.

En l’absence de confinement la journée, les Français profitent des douces températures alors que l’épidémie met en alerte le gouvernement. STRINGER / REUTERS

Le Conseil scientifique avait recommandé dès le 29 janvier un «confinement strict de quatre semaines» à compter du mois de février, selon une note rendue publique mercredi 24 février sur le site du ministère des Solidarités et de la Santé.

Intitulé «Point de situation sur les variants, modélisations, perspectives pour le mois de mars», le rapport rédigé par le Conseil scientifique fait état de la «transmissibilité accrue du variant anglais» et une «progression» dans les pays comme la France n’ayant pas adopté de reconfinement strict. Après avoir réalisé deux études indépendantes et observé l’impact positif de mesures renforcées dans «les pays les plus touchés» comme l’Angleterre, l’Irlande et le Portugal, le Conseil scientifique préconisait le retour d’un confinement strict pour une durée de quatre semaines dans l’Hexagone.

Dans le rapport, les modélisations révèlent qu’en l’absence de renforcement des mesures sanitaires «l’augmentation rapide et importante du nombre de cas et des hospitalisations» est à prévoir ainsi qu’une croissance rapide du nombre d’hospitalisations, dépassant «celui observé durant la première vague de la pandémie». Afin de palier la recrudescence des cas et ralentir la propagation «du variant VOC (britannique) et probablement du variant sud-africain», le Conseil Scientifique notait les effets d’un reconfinement généralisé en France : une chute de «la circulation du virus autour de 5 000 contaminations journalières» ; terminer la vaccination dans les Ehpad ; et enfin construire une stratégie de dépistage des variants ainsi que dans les lieux à risque.

Sans mesures renforcées, le Conseil scientifique conclut à «une résurgence rapide des cas de mi-mars à avril». La France enregistrait mercredi soir plus de 31.000 nouveaux cas, un chiffre hautement supérieur aux 5000 contaminations journalières recommandées par le Conseil scientifique pour faire face aux variants. Dix départements sont fortement touchés par l’épidémieEn Moselleà Dunkerque et dans les Alpes-Maritimes, les mesures ont été renforcées. Le premier ministre Jean Castex prendra la parole ce jeudi soir pour faire le point sur la situation, qui inquiète le gouvernement.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s