Des dizaines d’experts appellent les Français à prendre de la vitamine D contre le Covid-19

Article publié sur nouvelobs.com

Sans remplacer le vaccin, ni constituer un remède miracle, la vitamine D pourrait être un outil supplémentaire de prévention, « simple et sans danger ».

@Pixabay

Dans un appel relayé par France-Inter ce mardi 19 janvier, 73 experts francophones et six sociétés savantes françaises appellent à donner à la population un supplément en vitamine D en complément du vaccin contre le Covid-19 ou des gestes barrières. Ils recommandent d’administrer de la vitamine D aux personnes contaminées « à forte dose, et ce dès le diagnostic de la Covid-19 posé » mais également à promouvoir « à grande échelle la supplémentation en vitamine D », au vu des insuffisances « retrouvées chez 40 à 50 % de la population française et plus encore chez les personnes à risque de formes graves de Covid-19 ».

L’appel publié le 18 janvier par le CHU d’Angers précise néanmoins que la vitamine D n’est pas un remède miracle, ni « une arme du même niveau que la vaccination ou les gestes barrières ». Chef du service de gériatrie au CHU d’Angers, le professeur Cédric Annweiler résume sur France-Inter :

« Des études françaises ont montré que chez les personnes âgées, celles qui reçoivent régulièrement des suppléments de vitamine D ont un risque diminué de 90 % de faire une forme grave si elles contractent l’infection. Vu la situation de l’épidémie, même si ça ne remplace ni les vaccins ni les gestes barrières, ce serait dommage de se priver de cette arme supplémentaire. »

« Une mesure simple et sans danger »

Egalement signé par six sociétés savantes (Association française de Lutte antirhumatismale, Société française d’Endocrinologie, Société française de Gériatrie et Gérontologie, Société française de Pédiatrie, Société française d’Endocrinologie et Diabétologie pédiatrique, Société francophone de Néphrologie Dialyse et Transplantation), cet appel rappelle que la vitamine D est « sans risque » et « remboursée par l’assurance-maladie ».

Il s’agit d’un « adjuvant utile pour contribuer à prévenir l’infection par le SARS-CoV-2, mais aussi et surtout [pour réduire] le risque de formes graves de Covid-19, de passages en réanimation et de décès liés à ce virus », écrivent-ils.

Pour arriver à ces conclusions, ils ont épluché et compilé toute la littérature scientifique internationale de ces derniers mois. En Norvège, une étude indique ainsi qu’une consommation habituelle d’huile de foie de morue, riche en vitamine D, semblait protéger de l’infection Covid et pourrait aussi limiter « l’orage cytokinique » qui caractérise les cas les plus sévères.

Hormone stéroïde, la vitamine D permet de réguler la synthèse de protéines, et notamment le récepteur ACE2, la cible par laquelle le coronavirus s’introduit dans les cellules. On la trouve naturellement dans des aliments tels que le hareng fumé, la sardine, le foie de veau ou le jaune d’œuf.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s