Sinovac: que savons-nous du vaccin chinois contre le Covid-19 ?

Article publié sur BBC.com

Sinovac est une entreprise pharmaceutique basée à Pékin @Getty Images

Alors que la course mondiale à la production d’un vaccin Covid-19 se poursuit, la Chine semble avoir fait d’énormes progrès, l’un de ses leaders en matière de vaccins, Sinovac, vendant déjà des produits à l’étranger.

Les expéditions de CoronaVac, le vaccin Covid-19 de la société biopharmaceutique Sinovac, basée à Pékin, sont arrivées en Indonésie en vue d’une campagne de vaccination de masse, et 1,8 million de doses supplémentaires devraient arriver d’ici janvier.

Mais le vaccin n’a pas encore terminé ses derniers essais, ce qui soulève la question suivante : que savons-nous exactement de ce vaccin chinois ?

Quelle est la différence entre Sinovac et certains autres vaccins ?

CoronaVac est un vaccin inactivé, qui fonctionne en utilisant des particules virales tuées pour exposer le système immunitaire de l’organisme au virus sans risquer une réaction grave de la maladie.

Les vaccins Moderna et Pfizer sont des vaccins à ARNm – ce qui signifie qu’une partie du code génétique du coronavirus est injectée dans le corps, déclenchant la fabrication de protéines virales par l’organisme, mais pas le virus entier, ce qui suffit à mobiliser le système immunitaire pour attaquer.

“CoronaVac est une méthode plus traditionnelle [de vaccination] qui est utilisée avec succès dans de nombreux vaccins bien connus comme celui contre la rage”, a déclaré le professeur associé Luo Dahai de l’université technologique de Nanyang à la BBC.

“Les vaccins à ARNm sont un nouveau type de vaccin et il n’y a [actuellement] aucun exemple [de vaccin] utilisé avec succès dans la population”, ajoute le professeur Luo.

Sur le papier, l’un des principaux avantages de Sinovac est qu’il peut être conservé dans un réfrigérateur standard à 2-8 degrés Celsius, comme le vaccin Oxford, qui est fabriqué à partir d’un virus génétiquement modifié qui provoque le rhume chez les chimpanzés.

Le vaccin de Moderna doit être conservé à -20C et celui de Pfizer à -70C.

Cela signifie que le vaccin Sinovac et le vaccin Oxford-AstraZeneca sont beaucoup plus utiles pour les pays en développement qui ne sont pas en mesure de stocker de grandes quantités de vaccin à des températures aussi basses.

Quelle est son efficacité ?

C’est difficile à dire pour l’instant. Selon la revue scientifique The Lancet, nous ne disposons actuellement que des informations provenant des essais de première et de deuxième phases de CoronaVac.

Zhu Fengcai, l’un des auteurs de l’article, a déclaré que ces résultats – qui sont basés sur 144 participants à l’essai de la première phase et 600 à l’essai de la deuxième phase – signifient que le vaccin est “adapté à un usage d’urgence”.

En septembre, M. Yin de Sinovac a déclaré que les tests ont été effectués sur plus de 1 000 volontaires, dont “certains n’ont montré qu’une fatigue ou une gêne mineure… pas plus de 5%”.

Il a commencé des essais de dernière minute au Brésil – qui a enregistré le deuxième plus grand nombre de décès au monde – au début du mois d’octobre. Ces essais ont été brièvement interrompus en novembre après le décès annoncé d’un volontaire, mais ils ont repris après que l’on a constaté que le décès n’avait aucun lien avec le vaccin.

Le partenaire de Sinovac au Brésil, l’Institut Butantan, a déclaré qu’il s’attendait à ce que Sinovac publie les résultats de ses essais avant le 15 décembre.

Le professeur Luo explique qu’il est difficile de faire des commentaires sur l’efficacité du vaccin à l’heure actuelle “étant donné le peu d’informations disponibles”.

“Sur la base des données préliminaires… CoronaVac est probablement un vaccin efficace, mais nous devons attendre les résultats des essais de la phase trois”, a-t-il déclaré.

“Ces essais sont sont administrés à des milliers de participants, avec l’usage de placebo. C’est la seule façon de prouver qu’un vaccin est sûr et efficace pour être utilisé au niveau de la population”.

Combien de doses peuvent-ils produire par an ?

Sinovac pourra produire 300 millions de doses par an dans sa nouvelle usine de production de 20 000 m2, a déclaré son président à la CGTN, un média d’Etat.

Comme tous les autres vaccins, il nécessite deux doses, ce qui signifie qu’il ne peut actuellement vacciner que 150 millions de personnes par an, soit un peu plus d’un dixième de la population chinoise.

Cependant, elle a déjà livré des doses à l’Indonésie, et Sinovac a conclu d’autres accords avec la Turquie, le Brésil et le Chili.

Les analystes soulignent la volonté de la Chine de gagner la course à la diplomatie des vaccins, et avancent également que le président chinois Xi Jinping s’est engagé à réserver 2 milliards de dollars pour le continent africain, tout en offrant aux pays d’Amérique latine et des Caraïbes un prêt d’un milliard de dollars pour l’achat de vaccins. Les conditions d’un tel accord ne sont pas claires.

“Pékin… va certainement tirer profit de la fourniture de cette technologie qui sauve des vies pour des bénéfices commerciaux et diplomatiques”, a déclaré Jacob Mardell, un analyste de MERICS, à ABC news.

“[Il] possède quelque chose dont les pays ont grandement besoin et Pékin cherchera à présenter la fourniture du vaccin comme un acte de charité.”

On ne sait pas exactement combien cela pourrait coûter, mais au début de cette année, une équipe de la BBC dans la ville chinoise de Yiwu a vu que des infirmières administraient les injections pour une somme d’environ 400 yuans (60 $ ; 45 £).

Bio Farma, une entreprise publique en Indonésie, a déclaré qu’elle coûterait environ 200 000 roupies (13,60 $ ; 10 £), localement.

C’est encore beaucoup plus que le vaccin d’Oxford, qui coûte 4 dollars la dose, mais moins que celui de Moderna, qui coûte 33 dollars la dose. Moderna a déclaré qu’il vise à expédier 500 millions de doses en 2021 et AstraZeneca a déclaré qu’il produira 700 millions de doses d’ici la fin du premier trimestre 2021.

Qu’en est-il des autres candidats vaccins de la Chine ?

Quatre vaccins chinois sont en phase finale de développement.

L’un d’eux, Sinopharm, a déjà été distribué à près d’un million de personnes en Chine dans le cadre d’un programme d’urgence controversé.

Sinopharm doit également publier les données de ses essais de phase 3.

“Il est normal d’attendre l’analyse des essais de phase 3 avant d’accélérer un programme de vaccination par une autorisation d’utilisation d’urgence”, a déclaré le professeur Dale Fisher de l’Université nationale de Singapour au site d’information CNBC.

Le professeur Fisher a déclaré qu’une telle démarche était “non conventionnelle”, ajoutant que cela serait “inacceptable” en Occident.

La propagation du virus en Chine a été en grande partie contenue – et la vie reprend lentement mais sûrement suivant “la nouvelle réalité”.

Sinopharm a été enregistré aux Émirats arabes unis le 9 décembre, après que les autorités de ce pays ont déclaré qu’une analyse provisoire avait montré qu’il avait été efficace à 86 % dans les essais de la phase 3 commencés en juillet. Les responsables des Émirats arabes unis n’ont pas précisé comment le vaccin serait désormais utilisé.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s