Cognac: la maison Frapin édite “Frapin 750”, un cognac de légende en carafe d’exception

Amatrice de vins oui, mais également de Cognac (et de whiskies!). Pour être allée revisiter la maison Hennessy il y a peu de temps, j’avoue être réellement “sous le charme” de ce spiritueux que je trouve luxueux et complexe. Plus encore qu’avec le vin, il faut une très grande patience, attendre parfois des siècles pour assembler les plus merveilleuse eaux de vie… C’est ce que nous rappelle ici le nouveau Frapin 750, dans cet article publié sur le site de Kissmychef.

Articledu 04/10/20, issu du site Kissmychef

Il y a 750 ans, la famille Frapin s’implantait en Charente. Pour célébrer l’histoire familiale incarnée par 21 générations successives, la Maison Frapin édite une cuvée exceptionnelle, assemblage d’eaux-de-vie ancestrales conservées durant plusieurs générations au secret du chai Paradis familial : Frapin 750.

Le plus ancien membre de la famille est né dans la région de Cognac en 1270. Il y a donc cette année, 750 ans ! Pour célébrer cet événement, Cognac Frapin met en vente 21 bouteilles d’exception symbolisant les 21 générations de Frapin ayant foulé le sol de la Grande Champagne depuis 750 ans.
Cet élixir d’âge remarquable jamais vendu symbolise le style de la Maison, l’amateur éclairé touche là au sens profond de l’unique et du rare. Parcelle de temps, morceau préservé de l’histoire, extraction au compte-goutte d’un patrimoine jalousement préservé, le Cognac Frapin 750 ans promet une dégustation à la fois émouvante et mémorable.

La robe est chatoyante, d’une riche couleur ambrée. Le nez est fin, extrêmement délicat.
Au premier contact, le cognac libère des notes gourmandes de poire et de coing discrètement soutenues par un fond boisé. Puis le cognac s’ouvre, offrant voluptueusement les arômes propres aux très vieux cognacs : le pruneau séché, le porto vieux, le cacao. La patience est récompensée par la découverte, sous-jacente, rarement expérimentée à ce niveau de la dégustation, de notes de thé noir et de réglisse.
Le palais découvre des arômes boisés très souples dans lesquels se fondent des notes épicées. La finesse est immédiatement perceptible, empreinte de notes subtiles de noix de muscade et de bois exotique. Puis, le voyageur emprunte des chemins de sous-bois parfumés de chaudes volutes balsamiques. Plaisir sensuel s’il en est, couronné d’une note safranée. Au fil de la dégustation, le rancio s’affirme, tapissant le palais, s’imposant divinement longtemps en bouche.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s